Archives de Tag: Denis Podalydes

Best of ’22 – Lectures

Pour cette fin d’année après les calendriers voici le temps des bilans !

Mon bilan livres de cette année 2022.

J’ai lu 51 livres, je lis moins qu’avant les confinements, je ne sais pas pourquoi, peut être que je travaille plus…

J’ai aimé retrouver Patrick Modiano dans Chevreuse, Pierre Lemaitre dans Le Grand Monde.

Chouette projet de Grand Corps Malade et Ben Mazué, préface de Gaël Faye : Les correspondants

Contente également de retrouver Benedict Wells dans Hard Land, Charles Aubert avec Tala Yuna, Valérie Perrin dans Trois et Joël Dicker dans L’Affaire Alaska Sanders.

Belle découverte que l’écriture de Clara Dupont-Monod avec S’adapter.

Coup de coeur pour les coulisses de la Comédie Française avec le livre Les nuits d’amour sont transparentes de Denis Podalydès, et aussi pour le livre de Thomas VDB Comedian Rhapsodie, très attachant.

J’ai bien aimé Une soupe à la Grenade de Marsha Mehran avec les recettes de cuisine incluses dans le roman.

Coté polar Jussi Adler Olsen, Nicolas Beuglet, Nicolas Feuz, Bernard Minier.

J’ai aimé relire Annie Ernaux aussi…

J’arrête sinon je vais tous les citer.

Votre conseil lecture parmi vos découvertes 2022 ?

En corps de Cédric Klapisch

Ciné hier soir à Choisy, j’avais très envie de voir ce film, des amies voulaient le voir aussi mais j’y retournerai peut être avec elles, je ne voulais pas attendre davantage 😉

C’est avec un de mes chorégraphes préférés : Hofesh Shechter que l’on découvre (il joue son propre rôle).

Le film débute par de la danse classique, Elise (Marion Barbeau, superbe danseuse et comédienne) danse merveilleusement bien mais elle se blesse. Désespérée elle croit que sa carrière est finie mais une bonne fée l’aide à se tourner vers la danse contemporaine. On assiste donc aux répétitions de la compagnie de Hofesh Shechter et c’est carrément magique.

Les seconds rôles sont aussi excellent Pio Marmaï ❤ , François Civil, Denis Podalydès, Muriel Robin et Souheila Yacoub.

Deux heures qui passent trop vite emportées par la danse et cette belle histoire.

Nous avons eu la chance de voir Marion Barbeau, il y a quelques jours, sur scène à l’Opéra Garnier dans le ballet de Hofesh Shechter justement…

Lire la suite

Les nuits d’amour sont transparentes de Denis Podalydès

J’ai entendu Denis Podadylès parler de son livre et j’ai eu envie de l’offrir à mon fils, comme il est très occupé en ce moment, je l’ai lu avant lui.

Le comédien a tenu une espèce de journal de réflexion pendant les répétitions de La Nuit de Rois de Shakespeare qu’il va jouer à la Comédie Française sous la direction de Thomas Ostermeier.

Pour avoir un rôle à la Comédie Française, même s’ils font partie de la « maison » ils passent comme un casting. Denis (je vais l’appeler ainsi, ce sera plus simple) a très envie d’être dirigé par Thomas qu’il admire beaucoup. Il est retenu sans peine, un rôle est pour lui.

Denis l’auteur, nous décrit toutes les phases des répétitions, les premières lectures, comment s’approprier le texte, les exercices que le metteur en scène leur fait faire.

Ce sont pour moi parmi les meilleurs comédiens de théâtre et pourtant, le travail est énorme et infini. Je n’imaginais pas à quel point chaque phrase, chaque mot, chaque geste est réfléchi, travaillé et retravaillé. Et comment font ils pour être sur plusieurs projets à la fois ?

Et plus avance les répétitions, malgré leur expérience, le tract, l’angoisse monte les derniers jours.

Si vous avez envie de découvrir les coulisses d’un grand théâtre et les secrets d’un grand comédiens, ce livre est pour vous.

Seul regret, je n’ai pas vu ce spectacle et je ne le trouve pas sur le net (ni même à acheter en dvd)

Lire la suite

Tromperie de Arnaud Desplechin

Dernier film de l’année (et je suis en retard pour vous en parler).

J’aime le cinéma de Desplechin depuis … longtemps.

Cette fois il nous propose la mise en image du l’un livre de Philip Roth, l’auteur américain que je n’ai pas lu.

J’ai aimé ce film très théâtral, presque un huis clos joliment filmé avec beaucoup de dialogue. Philip, magnifiquement interprété par Denis Podalydès, reçoit sa maitresse, Léa Seydoux, dans son bureau. Ils parlent, ils s’aiment, ils refont le monde, et surtout il l’écoute parler de tout, son quotidien, son mal-être, son mari. Il ne la juge pas, il est juste « écouteur ». Puis il se sert de ces dialogues pour écrire. Elle le sait car il a pratiqué de la même façon avec ses maîtresses précédentes.

Est-ce que ces femmes sont les auteures des livres de l’écrivain ? Philip dit à sa femme que tout ceci n’est que le fruit de son imagination, son travail d’écrivain.

J’ai aimé les dialogues, le jeu des conversations même si je ne suis pas toujours d’accord avec leurs positions. J’ai bien envie de lire le livre maintenant 😉

Ce film est assez particulier, on peut ne pas aimer du tout. Si vous vous laissez tenter, vous me direz.

Lire la suite

Effacer l’historique de Gustave Kervern et Benoît Delépine

Je soutiens comme je peux les salles de cinéma en allant au ciné 😉

Le nouveau film de Gustave Kervern et Benoît Delépine est très bien.

C’est drôle même si le fond ne l’est pas du tout. C’est troublant d’ailleurs mais il est encore bon de pouvoir rire.

Les acteurs sont top.

Marie (Blanche Gardin) en femme paumée, qui essaie de tromper tout le monde pour ne pas avouer que son mari est parti avec son fils et qui se fait avoir par un jeune maitre chanteur. Bertrand (Denis Podalydès), veuf, sa fille victime de harcèlement et qui croule sous les dettes. Christine (Corinne Masiero), addict aux séries et qui peste contre son faux employeur Uber.

Ils sont tous les 3 en guerre contre les GAFA, un combat perdu mais ils ont été gilets jaunes, ils ont vaincu le rond point du Lidl, alors tous les espoirs sont possibles…

C’est très troisième degré mais le film dénonce tellement de choses, la violence des réseaux sociaux, l’inhumanité des boulots ubérisés, les limites (et la tromperie) de l’intelligence artificielle…

Les seconds rôles sont marquants, interprétés par exemple par Benoît Poelvoorde, Vincent Lacoste, Michel Houellebecq, Vincent Dedienne ou encore Bouli Lanners, tous très drôles et décalés.

Une chouette comédie même si au fond ce n’est pas si drôle, l’esprit de Groland flotte sur le film.

Lire la suite

Cyrano de Bergerac à la Comédie Française (à la télé)

Dimanche soir nous avons pu voir sur France 5  Cyrano de Bergerac, dans une mise en scène de Denis Podalydès avec Michel Vuillermoz dans le rôle titre.

Je ne vous raconte pas Cyrano, tout le monde connait.

C’est une version longue, certainement complète en fait mais j’ai vu plus souvent des pièces plus courtes.

Tout est maitrisé, parfait, les acteurs superbes, décors et costumes également.

Je devais être un peu fatiguée par ma journée à ne rien faire, ou l’inquiétude des jours à venir, bref j’ai eu du mal à rester accrochée. Ou alors je pensais trop à Edmond (d’Alexis Michalik) et il m’a manqué un peu de légèreté…

Je vous conseille quand même vivement cette très belle interprétation de Cyrano qui passe toute la semaine en replay sur France 5

Lire la suite

L’Avare de Molière à la Comédie Française (à la télé)

Soirée théâtre de la Comédie Française sur France 5 hier soir (et replay toute la semaine)

Un Avare classique avec Denis Podalydès dans le rôle titre mis en scène par Catherine Hiegel.

Le décor est splendide, les acteurs parfaits et dynamique. Harpagon est en grande forme pour son âge !

Quand je peux sortir, je regarde rarement des spectacles à la télévision mais en ce moment je suis vraiment ravie de cette initiative de France 5 et de la Comédie Française. Merci.

On se souvient aussi des comédiens qui il y a quelques semaines avaient joué des extraits de L’avare aux fenêtres du théâtre pour protester contre la réforme des retraites, qui a volé la cassette ?

Depuis le confinement, regardez vous plus la télévision ? Avez vous vu des spectacles ? Partagez avec nous 🙂

Lire la suite

Les Damnés à la Comédie Française

Soirée théâtre hier soir à la Comédie Française avec Les damnés d’après Luchino Visconti, Nicola Badalucco et Enrico Medioli.

La mise en scène est de Ivo van Hove, avec la troupe du français dont Denis Podalydès, Elsa Lepoivre, Guillaume Gallienne, Didier Sandre pour les plus connus.

Une famille d’industriels allemand se déchire dans les années 30 pendant la montée en force du nazisme.

Le sujet est percutant, on fait obligatoirement un parallèle avec ce que l’on vit aujourd’hui. Et cela prend au tripes, c’est poignant, inquiétant, puissant.

On peut aimer ou pas, mais on en reste pas indifférent.

Il y a une caméra sur scène qui suit les comédiens et l’image est projeté sur la grand écran en fond de scène. Cela permet de voir au delà de la scène et aussi les expressions sur les visages des comédiens.
Des images d’archives sont aussi diffusées. Cela renforce le sentiment d’oppression que l’on peut avoir.
Et cette urne, ces cendres… La force de l’image.

Les acteurs et actrices se donnent à fond, ils se mettent à nu pour certains sans retenue. C’est un grand moment de théâtre, qui résonne comme un coup de poing, une alerte pour que l’on n’oublie pas et que l’on s’inquiète de ce que pourrait être l’avenir de l’Europe avec une forte montée de l’extrême droite.

Si vous avez l’occasion de voir cette pièce, n’hésitez pas, c’est vraiment très fort.

Lire la suite

Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré

Ciné du lundi soir pour suivre de très loin l’actualité de Cannes.

C’est tout le cinéma que j’aime, un film sensible, émouvant, drôle aussi par moment d’un humour fin.

Et puis avec Pierre Deladonchamps, je ne résiste pas 😉
Quel beau rôle plein de finesse, son regard laisse voir toute la détresse de la maladie, reste t il un peu de place pour la vie ?

Je ne suis pas sensible au charme de Vincent Lacoste mais il est excellent dans le rôle.

Ils sont tous très bien, Denis Podalydès en voisin-ami-ange-gardien est tellement touchant.

Je suis encore totalement sous le charme, troublée par ces 2 heures de cinéma. Je peux vous dire qu’il y a peut être quelques longueurs dans le film mais non vraiment j’ai beaucoup aimé…

Je ne le conseille qu’à celles et ceux qui aiment ces films, moments de vie, sans qu’il ne se passe forcément beaucoup de choses mais avec des dialogues pointus, une bande son pleine de souvenir (cela se passe dans les années 90) et de belles images de ville la nuit….

Lire la suite