Archives de Tag: Jeu

Le nouveau jeu du vendredi #23

Un livre que j’aime beaucoup et que je conseille souvent…

« – Pendant le trajet, je te demande le silence, a dit Marwan.
Il m’a expliqué que nous serions à découvert pendant huit minutes. En danger de mort. Que nous passerions dans l’œilleton de tous les snipers de la ville. D’abord, des chiites et des nassériens qui occupaient le tour Mirr. Un immeuble en construction de quarante étages que la guerre avait abandonné aux combattants. Ensuite, les fusils nous suivraient tout le long du Sérail et de la place des Canons. On ne sait jamais ce que va faire un doigt sur la détente. En arrivant au carrefour de sodeco, nous risquoins d’être pris pour cible par les tireurs chrétiens. Ceux embusqués dans la tour Rizk, qui surplombe Achrefieh, et ceux qui protègent la maison jaune. »

Reconnaissez vous cet extrait ?

Je vous souhaite un bon week-end , je file à Solidays… Croisez les doigts pour qu’il ne nous pleuve pas trop sur la tête… Merci.

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #22

Une lecture féministe

« À m’occuper du choléra à l’hôpital, je ne vois pas mes journées passer. Je ne rentre à la maison qu’après la tombée de la nuit, si l’épuisement ne m’a pas vaincue avant. Papa a fait répandre un désinfectant dans le caniveau devant Sans-Souci. On purifie avec les comprimés non seulement l’eau à boire, mais aussi celle de la vaisselle, de la toilette et de la lessive. Dès mon retour à la maison, Maman m’ôte ma blouse et va la laver. Mais ce soir-là pas question de l’enlever : Papa me demande d’aller en visite à sa place car, de son côté, il vient d’être appelé au chevet d’un mourant. C’est la première fois dans ma carrière de médecin que je me rends en consultation à domicile. Papa me donne l’adresse : sur la route de Naomahal, après la voie ferrée, la quatrième maison à gauche, de couleur blanche. C’est là qu’habite la famille de Rehana, une amie de Yasmine. Celle-ci m’accompagne. J’ai pris mon stéthoscope, mon tensiomètre et quelques ampoules de première urgence. »

Reconnaissez vous cet extrait ?

Bonne fin de journée

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #21

Un livre connu mais pas facile à lire 😉

« Les rares moments de bonheur de ses années de lycée Bruno les avait passés ainsi, assis sur une marche entre deux étages, peu après la reprise des cours. Calmement adossé au mur, à égale distance des deux paliers, les yeux tantôt mi-clos tantôt grands ouverts, il attendait. Bien entendu, quelqu’un pouvait venir ; il devrait alors se lever, ramasser son cartable, marcher d’un pas rapide vers la salle où le cours avait déjà commencé. Mais, souvent, personne ne venait ; tout était si paisible ; alors, doucement et comme furtivement, par petites envolées brèves, sur les marches carrelées et grises (il n’était plus en cours d’histoire, il n’était pas encore en cours de physique), son esprit montait vers la joie.

Reconnaissez vous cet extrait ?

Je vous souhaite un bon week-end.

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #20

Un petit livre au programme du bac (de celui d’un de mes fils au moins)

« Hervé attendit encore deux jours un signe quelconque. Puis il partit.
A un peu plus d’une demi-heure du village, il se trouva passer non loin d’un bois d’où arrivait un singulier, et argentin vacarme. On y voyait , caché parmi les feuilles, les milliers de tâches sombres d’une bande d’oiseaux, arrêtés là pour se reposer. Sans rien expliquer aux deux hommes qui l’accompagnaient, Hervé arrêta son cheval, prit son revolver à sa ceinture et tira six coups en l’air. La bande d’oiseaux, terrorisée, s’éleva dans le ciel, comme la colonne de fumée s’échappant d’un incendie. Si haute, que tu l’aurais vue à des jours et des jours de marche. Noire dans le ciel, sans autre but que son propre égarement. »

Reconnaissez vous cet extrait ?

Je vous souhaite un bon grand week-end.

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #19

J’ai pris un peu au hasard dans ma bibliothèque, je vous propose un « classique ».

« Après avoir fini de déjeuner, j’ai acheté un cigare. La jeune fille m’a dit que les meilleurs étaient à cinquante cents. J’en ai pris un et je l’ai allumé, et je suis sorti. Je me suis arrêté une minute pour tirer une ou deux bouffées, puis, le tenant à la main, je me suis dirigé vers le coin de la rue. J’ai passé devant une bijouterie, mais j’ai détourné les yeux à temps. Au coin de la rue, deux cireurs de bottes m’ont sauté dessus, un de chaque côté, piaillant et jacassant comme des merles. J’ai donné mon cigare à l’un d’eux et cinq cents à l’autre. Alors ils m’ont laissé en paix. Celui auquel j’avais donné le cigare s’éfforçait de le donner à l’autre en échange des cinq cents. »

Reconnaissez vous ce roman ? Pour moi ce ne serait pas facile 😉

Bon week-end à vous.

Je vais passer la journée à Lille…

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #18

Un livre que je n’ai pas lu mais que je connais bien quand même.

Pour changer de style…

« Soudain il parla, à voix haute mais comme pour lui-même, disant lentement :

La route se poursuit inlassablement
Descendant de la porte où elle commençait
Maintenant, loin en avant la route est parvenue,
Et je dois suivre, si je le puis,
La poursuivant d’un pied las,
Jusqu’à ce qu’elle rencontre quelque voie plus large
Où maints sentiers et courses se rencontrent.
Et où, alors ? Je ne saurais le dire. »

Le reconnaissez vous ?

Je vous souhaite un bon week-end.

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #17

Un livre émouvant … Le reconnaissez vous ?

« Le soir, c’est lui qui nettoie la cour le dernier, passe un jet d’eau sur les ardoises, les hortensias, et c’est imparable : il s’approche, pose lentement son front et ses mains contre nous. Se tient contre le mur tiède, les yeux fermés. Un soir, sa nièce de 5 ans le surprend, elle lui demande : « Qu’est ce que tu fais ? », et l’aîné, de son sourire doux, sans tourner la tête, lui répond : « Je respire » »

Vos propositions en commentaire 😉

Bonne soirée (je file à la MAC)

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #16

Une grande saga, un livre percutant …

Le reconnaissez vous ?

« Et pour être un vrai américain, il devait aller à l’école. Et ainsi, l’année suivante, Cetta l’inscrivit à l’école du quartier. « A partir d’aujourd’hui tu es un homme » lui déclara-t-elle. Elle lui acheta le livre de lecture, trois cahiers, deux porte-plume, un petit pot d’encre noire et un autre rouge, cinq crayons, un taille-crayon et une gomme. Et à la fin de la première année – pendant laquelle Christmas se révéla un écolier modèle, vif et curieux, qui apprenait vite – , elle lui offrit un roman. »

Vos propositions en commentaire 🙂

Bon week-end

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #15

Un petit clin d’oeil à moi-même cette semaine 😉

Reconnaissez vous ce roman ?

« Une journaliste de l’Observateur de l’Arrageois est passée à la mercerie ce matin. Elle voulait m’interviewer à propos de mon blog, dix doigts d’or.

C’est un blog modeste.

J’y écris chaque matin à propos du bonheur du tricot, de la broderie, de la couture. J’y fais découvrir des étoffes, des laines; les rubans pailletés, velours, satin et organdi; les dentelles coton et élastiques; les cordons queues-de-rat, lacet ciré, cordelière tressée rayonne, les cordons anorak. J’y parle parfois de la mercerie, d’un arrivage de scratch à coudre ou de bandes pression. J’y laisse aussi couler quelques vagues à l’âme de brodeuse, de dentellière ou de tisseuse; les vagues des femmes qui attendent. Nous sommes toutes les Nathalie, l’Iseult de l’Eternel Retour. »

Vos propositions en commentaire 😉

Demain je vous montre mes bidouillages de la semaine, je me suis bien rattrapée.

Bon week-end

Lire la suite

Le nouveau jeu du vendredi #14

Poésie aujourd’hui pour changer …

Nocturne

Douce lune des fleurs, j’ai perdu ma couronne !
Je ne sais quel orage a passé sur ces bords.
Des chants de l’espérance il éteint les accords,
Et dans la nuit qui m’environne,
Douce lune des fleurs, j’ai perdu ma couronne.

Jette-moi tes présents, lune mystérieuse,
De mon front qui pâlit ranime les couleurs ;
J’ai perdu ma couronne et j’ai trouvé des pleurs ;
Loin de la foule curieuse,
Jette-moi tes présents, lune mystérieuse.

Entrouvre d’un rayon les noires violettes,
Douces comme les yeux du séduisant amour.
Tes humides baisers hâteront leur retour.
Pour cacher mes larmes muettes,
Entrouvre d’un rayon les noires violettes !

Reconnaissez vous l’artiste ? Merci de jouer en commentaire.

Bon week-end…

Lire la suite