Archives de Catégorie: Livres

Le tricycle rouge de Vincent Hauuy

Un polar recommandé par Michel Bussy mais qui n’a rien à voir avec l’écriture de ce dernier.

Un profileur, Noah, blessé (physiquement et moralement) reprend du service suite à une nouvelle série de crimes odieux. IL semble que les mises en scène macabre reprennent une autre série de meurtres d’il y a quelques années. Tout cela se passe entre le Vermont au Etats-Unis et le Canada.

En parallèle une blogueuse influente, Sophie, enquête sur la disparition d’un journaliste et tout s’affole autour d’elle.

Les 2 affaires se rejoignent.

L’écriture est riche, pleine de mots compliqués. Les personnages sont nombreux, l’intrigue par moment un peu compliquée. Mais le suspense est là et nous tient en haleine jusqu’au bout du livre.

Noah est complexe, on s’interroge avec lui et sur lui, c’est fort.

Il y a quelques scènes un peu hard mais le thriller est surtout psychologique.

Lire la suite

Baba Segi, ses épouses, leurs secrets de Lola Shoneyin

Quand vous me parlez d’un livre ici, je regarde sur le site de ma bibliothèque et s’il y est je le réserve.

Ce que j’ai fait pour celui-ci mais je ne me souviens plus (désolée) qui m’en a parlé !

Lola Shoneyin est une auteure nigériane, c’est son 1er roman, elle écrit également de la poésie.

Elle nous plonge dans une famille africaine, Baba Segi a déjà 3 femmes et 7 enfants quand il décide d’en prendre une quatrième Bolanle, une jeune femme diplômée. Cela ne plaît pas aux trois autres qui vont lui mener la vie dure.

On découvre cette vie, est ce que l’on dit famille polygame ? On apprend à connaître chaque femme et son histoire, pas vraiment réjouissante. La condition de vie des femmes au Nigeria ne doit pas être facile, tout semble tourner autour de la maternité.

L’écriture est pleine d’humour façon un peu vaudeville pour dédramatiser. Les femmes avec leurs blessures de vie peuvent devenir attachante. Le mari peut paraître caricatural mais on l’imagine quand même très bien dans ses excès. Finalement ça ne doit pas être simple de vivre avec 4 femmes.

C’est une chouette découverte, j’ai passé un agréable moment au sein de cette famille africaine.

Lire la suite

Paroles d’honneur de Leïla Slimani et Laetitia Coryn

Je viens de lire cette BD prise à la bibliothèque sur les conseils de Manika et Laurence.

C’est l’adaptation en roman graphique de l’essai Sexe et mensonges.

Les dessins sont délicats et illustrent parfaitement le sujet à savoir les conditions de vie des femmes marocaines imposées par les contraintes sexuelles.

Cela m’a renvoyé à l’excellent film Sofia vu récemment.

L’auteure à travers des rencontres nous relate les expériences de vie sexuelles de femmes marocaines. Les traditions, les lois, la religion brident la sexualité des femmes. Il y a d’énormes tabous qui gangrènent toute la société.

Les femmes marocaines ne sont pas libres de vivre une sexualité libérée, elles ne sont pas libres de vivre ce qui pour nous françaises est « normal ». Les portraits que nous livrent l’auteure sont très touchants.

Et malheureusement même si leur condition évolue, c’est très très lent. Mais le livre reste optimiste.

Est ce que le livre est distribué au Maroc ?

Si vous êtes intéressé-e par la cause féminine je vous conseille cette jolie BD.

Lire la suite

La Graine de Céline Durupthy

J’ai acheté ce livre car l’auteure est une blogueuse que j’ai longtemps suivie (elle n’écrit plus beaucoup sur son blog à présent).

Je suis également abonnée à sa page Fb….

Et j’ai beaucoup aimé le livre.

Bon le sujet au départ fait un peu peur, en 2022, en France, le parti d’extrême droite arrive au pouvoir. C’est malheureusement tellement envisageable que cela fait vraiment peur.

La vie est de plus en plus difficile pour un bon nombre de citoyens. L’auteure part de la ressemblance avec les années 40 et la Résistance. Qu’allons nous faire aujourd’hui pour « résister » ?

Je ne veux rien vous dévoiler de l’intrigue qui est forte, pleine de références bien trouvées. L’histoire avance et est bien menée.

L’écriture est agréable, le rythme soutenu, les différents personnages bien décrits et intéressants.

Je vous conseille vivement ce livre que vous pouvez vous procurer sur le site lulu.com

Lire la suite

Le miroir des âmes de Nicolas Feuz

Slatkine & Cie m’a proposé le nouveau polar de Nicolas Feuz.

J’avais bien aimé Horrora borealis du même auteur que m’avait offert mon amie suisse à Noël dernier.

Cette fois nous sommes à Neuchâtel et il s’en passe des choses, un attentat sur la place centrale, le procureur blessé, la mort d’un policier de façon brutale, un tueur en série, une prostituée qui doit se battre pour survivre, des politiciens véreux … Ce n’est pas comme cela qu’on imagine la Suisse !

La construction du polar est très rapide, les chapitres se suivent rapidement (pas plus de 3 pages), l’écriture est fluide et enlevée mais le tout est un peu court et comme il y a quand même pas mal de monde qui entre en jeu, ils ne sont pas forcément décrit de façon précise.

Les rebondissements et le suspense sont au rendez vous mais l’histoire somme toute assez complexe aurait pu être développée davantage.

J’ai préféré Horrora Borealis mais si vous voulez être surpris par la Suisse, lisez les 2 😉

Lire la suite

Romanesque de Tonino Benacquista

Il y a longtemps que je n’avais pas lu de Benacquista, ces derniers livres m’avaient un peu déçus.

J’ai été tentée par celui là à la bibliothèque.

Il ne m’a pas vraiment convaincue.

C’est quand même bien, je n’ai pas eu de mal à le lire, c’est bien écrit mais je ne suis pas entrée dans l’histoire de ce couple qui s’aime si fort et traverse tous les temps.

Et « la société » quelque soit l’époque trouve ça louche un amour si parfait, si fort. Cela dépasse l’entendement, ce n’est pas normal et donc cela provoque la colère, la jalousie, la bêtise…

Benacquista se renouvelle, change de style, surprend mais sans me convaincre.

L’avez vous lu ? Avez vous lu d’autres livres récents de lui ?

Lire la suite

Le dernier été de Benedict Wells

J’ai repris contact avec les Editions Slatkine et ils m’ont proposée de lire le nouveau livre de Benedict Wells qui est en fait son premier livre.

J’avais beaucoup aimé La fin de la Solitude et j’ai même rencontré l’auteur lors d’une soirée Slatkine-Kube.

Cette fois un prof, Beck, proche de la quarantaine traîne son mal de vivre tout au long du livre. Il est accompagné d’un élève Rauli, petit génie de la guitare, d’un vieil ami Charlie complètement déjanté et d’une jeune femme attachante Lara et qui a encore l’espoir de faire quelque chose de sa vie.

Les personnages sont bien campés, toujours à la limite du border line. Il y a une bonne dose d’humour qui permet de ne pas plonger avec eux dans la déprime.

Beck porte en lui ses échecs, son enfance difficile auprès d’un père qui n’a pas su l’aimer, le renoncement à la musique, ses peurs de s’engager. Le bonheur n’est pas pour lui.

Le road movie nous emporte loin, nous aussi on pourra tout quitter un jour… Et même si à ce moment Rauli ne joue pas de guitare, c’est très rock.

Le livre est construit comme un album de musique. L’écriture est fluide, mélodique. Je ne vous dévoile rien de la fin.

Je vous conseille de suivre ce jeune auteur suisse-allemand prometteur.

Lire la suite