Archives de Catégorie: Cinéma

BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan de Spike lee

Pour finir mon week-end ciné je suis allée voir le dernier Spike Lee.

Grosse claque, surtout la fin…

Le premier flic black du Colorado Springs Police Department décide d’infiltrer le Ku klux Klan local. Vous avez bien lu, un black au ku Klux Kan. Les premiers contacts sont téléphoniques donc tout va bien. Pour le premier rendez vous il envoie son collègue blanc juif pour jouer son rôle.

Le film est fort, drôle, émouvant. Il y a de très belles scènes. Les blancs du KKK sont plutôt « cons » mais pas tous (quoique).

Les noirs sont remontés contre les blancs, on est dans les années 70 ce n’est pas facile pour eux.

Les parallèles entre les noirs et les blancs sont top, les 2 scènes souvenir du vieux black et intronisation des nouveaux du KKK, mêlées, c’est très fort.
C’est America First contre Black Power.

Petit bémol, le tout est enrobé d’une bonne dose d’humour et par moment cela fait un peu oublier l’horreur de tout cela.

Les 2 principaux acteurs sont parfaits : John David Washington et Adam Driver.

Et puis ce qui est totale déprime c’est que même si ça a un peu évolué depuis les années 70 et bien pas tant que ça et la montée des extrémistes un peu partout et bien pour moi ce sont un peu les mêmes que ces dégénérés du KKK 😦

Vous l’avez vu ? Vous en pensez quoi ?

Lire la suite

Sofia de Meryem Benm’Barek

Un film qui m’a été fortement conseillé, en me prévenant que c’est dur.

Au Maroc, les relations sexuelles sont interdites hors mariage et passibles de prison.

Quand Sofia 20 ans perd les eaux, c’est la stupéfaction. Sa cousine l’aide, Sofia a fait un déni de grossesse. Mais à l’hôpital il lui faut les papiers du père pour accoucher. Grâce aux connaissances de sa cousine, on lui laisse quelques jours pour régler le problème mais elle accouche « en douce » et ressort directement de l’hôpital.

C’est quand même fou qu’une telle loi puisse exister !

Et il ne semble pas que cela va changer de sitôt, le poids des traditions, le sens de l’honneur sont les plus forts. Que vont penser les « gens » si ils apprennent ? Il faut vite marier Sofia avec le père qu’elle désigne… Sofia qui essaie de rattraper sa faute se condamne elle même.

Les familles s’unissent pour laver le déshonneur, pour que rien ne se sache. Seule la cousine, élevée à l’occidentale, semble vouloir se révolter (un peu).

L’image donnée de la société marocaine n’est pas flatteuse. Le pouvoir de l’argent, les différences de classe, le rôle et la place des femmes. Pauvres femmes marocaines, j’en reste sans voix 😦

Le sujet lui même du film est vraiment dur, les images sont crues, les regards perçants. Sofia, excellente Maha Alemi, semble à la fois si perdue, fragile mais aussi volontaire. Une belle performance d’actrice surtout qu’il semble que ce soit son premier film.

Un film fort à voir pour dénoncer ces pratiques ancestrales.

Lire la suite

Photo de famille de Cecilia Rouaud

Ciné de fin d’aprem avec mon amie Cathy au Palais à Créteil.

Il sera projeté lundi à 20 heures en présence de la réalisatrice si vous êtes par là.

C’est un petit film sympa. Une histoire de famille et la famille c’est jamais simple.

Jean Pierre Bacri et Chantal Lauby ont divorcé alors qu’ils avaient 3 enfants relativement jeunes. Vanessa Paradis, Camille Cottin et Pierre Deladonchamps.

Le petit garçon prénommé Mao part avec sa mère, les filles restent avec le père. Et des années après le traumatisme de l’enfance est toujours là dans toute la famille. Ils se retrouvent à l’enterrement du grand-père. Ils se souviennent des bons moments de  vacances avec leur grand-mère. Vielle grand-mère qui perd un peu la tête à présent et ne peut vivre seule. Que faire ?

Le film aborde de nombreux sujets qui touchent certainement beaucoup de monde.  Je n’ai pas trouvé que cela faisait cliché et il y a de bonnes analyses et des répliques allant droit au but.

J’aime bien les acteurs/actrices. Bacri n’en fait pas trop et est touchant dans ce rôle de fils/père dépassé.

Je ne vais pas tout vous raconter, même si le film fait réfléchir sur la place que l’on laisse aux personnes âgées, sur le poids de l’éducation, sur les liens dans une fratrie, sur les relations intergénérationnelles…

Au final j’ai bien aimé principalement pour les acteurs et aussi en me disant que la famille c’est souvent compliqué (moi qui regrette souvent de ne pas avoir de frère ou de soeur).

Vous l’avez vu ? Qu’en pensez vous ?

Lire la suite

Un lundi parmi tant d’autres : Bilan culturel de l’été

Le thème de cette semaine est : Bilan culturel de l’été, livres, séries, films, visites, des coups de coeur à partager ?

Un bilan ce n’est jamais facile mais je vais essayer 😉

Je commence par mon coup de coeur, puisque j’ai choisi cette photo, la Fondation Luma à Arles… Parce que c’est nouveau, que le bâtiment pas fini de Frank Gehry va être superbe, que les espaces d’expositions sont grandioses, que tous les espaces dédiés à l’art ou au bien être sont top…

Je suis allée voir plusieurs expo qui m’ont plu. Soulages parce que c’est lui et que vraiment j’aime ses oeuvres. L’expo Zao Wou-Ki au musée d’Art Moderne que j’ai vu 2 fois et qui est magnifique . La belle expo Bacon-Giacometti à la Fondation Beyeler à Bâle vraiment intéressante. L’expo Kees van Dongen au Musée de Montmartre, un très bel endroit zen au milieu d’un quartier tellement touristique. Et pour finir la villa Le Lac de Le Corbusier tellement « innovante »…

Je ne suis pas allée voir beaucoup de spectacle en juillet août mais celui de Alexis Michalik Le cercle des illusionnistes au théâtre de la Renaissance est à voir sans modération, je vous le conseille encore vivement 😉

J’ai lu 12 livres cet été, ce n’est pas énorme, en Suisse j’ai préféré faire un puzzle 😉 Je vais mettre en avant la trilogie de Mikael Bergstrand parce qu’il est moins connu. Je vous laisse regarder dans la catégorie Livres pour les autres.

J’ai vu 5 films cet été, mon cinéma a été fermé (trop longtemps !), mon coup de coeur ira à Woman at war de Benedikt Erlingsson, un film islandais superbe. J’ai aimé les autres aussi…

Pour la musique j’ai vu Benjamin Biolay et Melvil Poupaud dans un spectacle vraiment très agréable, une très belle soirée. Et puis Rock en Seine quand même…

Pour les séries, pas de conseil, je ne regarde pratiquement plus la télé et quand elle est allumée à la maison c’est pour le sport que regarde JL.

Au final cet été a été riche de chouettes découvertes….

Quel est votre coup de coeur culturel de l’été ?

Le monde est à toi de Romain Gavras

Ciné du dimanche après-midi, mes gars étaient occupés et je n’avais pas envie de rester à la maison.

J’étais curieuse de revoir Isabelle Adjani.

C’est l’histoire d’un petit voyou François entouré de pauvres types. L’intelligence ne brille pas dans leurs yeux. Et puis il a sa mère qui ne veut pas le lâcher, qui est elle même une arnaqueuse de première.

François voudrait un petit boulot tranquille et il a trouvé un plan d’exportation de Mister Freeze au Maghreb. Pour lancer l’affaire, il veut récupérer ses économies auprès de sa mère mais il y a surement longtemps qu’elle les a dépensée !

Il se voit obligé de participer à un trafic de drogue pour le compte du caïd de la cité qui est une vraie caricature.

Evidemment tout tourne mal et sa mère va y rajouter son grain de sel.

Karim Leklou est très bien dans le rôle de ce fils voyou au coeur tendre. Adjani surjoue la mère protectrice déjantée. Elle est drôle mais cette image lisse d’elle même me laisse perplexe. Vincent Cassel en ex-taulard paumé est complètement à contre emploi. Les jeunes tiennent bien leurs rôles mais la « pègre » n’est plus ce qu’elle était (dans d’autres films) !

L’intérêt du film est plutôt dans la métamorphose de François qui enfin va doucement se libérer de sa mère et réaliser ses propres rêves.

La bande son du film est complètement éclectique et du coup originale.

Je vous le conseille mais peut être quand il passera à la télé 😉

Lire la suite

Burning de Lee Chang-Dong

Cinéma ce soir pour Burning dont j’avais lu le plus grand bien.

C’est une adaptation d’une nouvelle de Murakami, ça donne l’ambiance 😉

Le film est beau, les 3 jeunes acteurs très bons.

Le film est long et lent et il ne se passe pas grand chose mais on ne s’ennuie pas.

La petite intrigue se met en place très doucement et on ne sait pas vraiment ce qu’il en est. Haemi a disparu et sans vous dévoiler la fin, le suspense reste entier.

La force du film ce sont ses images superbes et l’ambiance qu’elles créent. Le mystère est entier autour de Jongsu, on imagine les univers parallèles de Murakami, l’imagination de l’écrivain même débutant….

Et puis l’image de la Corée du Sud, avec celle du nord toute proche et évoquée… La place des femmes, la jeunesse, l’amour et le sexe, la famille, l’argent… Et quelle place pour les jeunes dans cette société ?

Ce film ouvre le débat sur de nombreux sujets.

J’aime toujours les films où il ne se passe pas grand chose, donc je vous le conseille si c’est votre cas aussi 😉

Vous me donnerez votre avis quand vous l’aurez vu ?

Lire la suite

Une pluie sans fin de Dong Yue

Cinéma aujourd’hui pour profiter de la climatisation et du coup j’ai presque eu froid en voyant ce film hivernal sous la pluie.

Yu Guowei sort de prison puis revoit en flash back ce qui l’y a mené.

Agent de sécurité d’une immense usine, il aide la police dans une enquête sur des femmes assassinées. Trouver le coupable devient son obsession.

On est en Chine à la fin des années 90, il pleut tout le temps, on imagine la pollution également de l’usine. Il y a la fois de nombreux ouvriers mais presque personne dans les rues. L’ambiance est lourde, comme plombée.

Le film a également un aspect social, l’usine ferme sans préavis pour être remplacée par un centre commercial, paradoxe pour la Chine quand même.

La pluie joue son rôle oppressant durant tout le film, c’est sombre et les quelques notes de couleurs sont sans grand espoir.

Duan Yihong l’acteur principal est vraiment excellent, les 2 rôles féminins sont extrêmement intéressants.

Pas facile à raconter, ni à expliquer sans trop dévoiler de l’intrigue. Les codes du polar que l’on connaît sont totalement cassés, noyés par cette pluie sans fin…  Mais je vous recommande ce film qui nous transporte ailleurs.

Lire la suite