Jeu d’art # 233

Une carte reçue cet été, un artiste dont je vous ai déjà parlé mais j’aime bien alors je recommence.

Le reconnaissez vous ?

Dans quel musée est exposée cette oeuvre ?

J’espère pouvoir y retourner prochainement.

Et la semaine prochaine je prendrai le temps d’aller au Centre Pompidou.

Je vous souhaite une bonne journée.

Les Intranquilles de Joachim Lafosse

Un film sur la maladie, Damien est bipolaire, il vit avec Leïla, ils ont un fils.

Il est peintre, elle est restauratrice d’objets anciens. Ils vivent dans une belle maison à la campagne. Damien travaille dans son atelier, juste à côté de la maison. Ils s’aiment et partagent tout.

Damien crée et n’arrive plus à se poser, il est super actif, commence quelque chose et puis une idée passe et il la suit, il ne dort plus. Jusqu’à la chute et un séjour à l’hôpital que l’on ne voit pas. Il revient, plus calme mais très vite il ne prend plus son traitement, pense aller bien, se replonge dans sa peinture, et dans un quotidien plein de son énergie dévastatrice, de lubie, de folie.

Sa femme, à ses côtés, essaie de gérer, de préserver l’enfant, de garder les pieds sur terre. Elle est très vite exténuée, elle voit le chaos venir.

Amine, l’enfant, est aussi très lucide sur les agissements de son père.

Le film sans parler de la maladie (pas d’hôpital, pas de médecin, pas d’explication) nous montre les ravages qu’elle peut faire, sur le malade mais aussi sur ses proches. Il y a tout le long du film une tension, on se demande ce qu’il va pouvoir faire encore, on sent le danger pour son fils, et on se demande comment sa femme ne pète pas les plombs.

Les acteurs sont brillants, Damien Bonnard et Leïla Bekhti portent le film. Le père de Damien est aussi parfait. Il aide mais reste tellement impuissant.

Face à cette maladie ce sont tous les proches qui sont « intranquilles ».

Un beau film à voir en ce moment, qu’en pensez vous ?

Lire la suite

Un lundi parmi tant d’autres : Soupe

Le thème de cette semaine est : Soupe : On se dirige vers des jours plus froid, on partage des recettes de soupe d’automne ?

J’ai ouvert ma saison des soupes vendredi, et oui il commence à faire frais et tout le monde à la maison aime les soupes.

J’ai rapporté du potiron blanc (je ne sais plus le nom exact) de Arras et donc j’ai préparé une soupe en ajoutant un oignon et une petite patate douce. Avec une cuillère de crème c’était très bon. J’ai oublié de prendre une photo pour cet article.

Je fais une soupe par semaine en hiver. Je mélange les légumes suivant l’inspiration du moment et c’est presque tout le temps bon.

Vous partagez une recette en commentaire ? Merci et bonne journée

L’Homme est un point perdu entre deux infinis – Philharmonie de Paris

Soirée au Studio de la Philharmonie de Paris, nous avons pu découvrir le haut du bâtiment, impressionnant.

Spectacle de Yoann Bourgeois, jongleur et Célimène Daudet, pianiste.

Le duo nous parle du confinement, de leurs conversations dans ces moments où ils n’ont rien à faire (ce qui est exceptionnel pour eux). Ils s’interrogent sur le monde de demain et les spectacles qu’ils pourront proposer.

Ils commencent dans le noir, sensations étranges d’écouter du piano dans une salle dans le noir et de voir une balle voler…

Ils parlent du temps qui passe, de temporalité et associe à cela la musique, la représentation du temps, la notion de temps, le passage vers un espace temps.

Et les balles du jongleur se déplace élégamment au rythme des notes, les amplifiant, les relevant, toute en douceur, en lenteur même. C’est beau, simple et poétique.

C’est un spectacle original, pas vraiment un concert non plus, avec quelques notes de conférence.

Cela m’a bien plu même si j’étais au départ un peu déçue de ne pas voir les exercices d’équilibre (si on peut dire) que nous proposait Yoann bourgeois ces dernières années. Voici le lien vers La mécanique de l’Histoire, un numéro magnifique en vidéo.

Lire la suite

#365defiphoto – Saison 8 – Semaine #41

Les semaines passent à une vitesse folle et comme je fais déjà mille choses et bien je manque de temps pour le reste 😉

Une semaine classique ciné, spectacles, atelier, ami.e.s et aussi travail et m’occuper de la maison.

Ma semaine en images :

Dimanche 10 # Jour 283 : Cinéma du matin, une comédie. Après-midi dessin puis andouillettes au dîner rapportées par mon fils qui était en week-end à Troyes 🙂

Lundi 11 # Jour 284 : Soirée cinéma, un très chouette film qui donne le sourire 🙂

Mardi 12 # Jour 285 : Atelier du mardi, on se lance dans le grand format.

Mercredi 13 #Jour 286 : JL a nettoyé le jardin pour l’hiver 🙂

Jeudi 14 # Jour 287 : Belle journée à Arras chez mes amis. Je leur ai rapporté cette grenade qui s’était brisée la dernière fois que j’y suis allée. C’est inspiration de l’art japonais kintsugi mais c’était beaucoup trop « puzzle » pour faire de fines réparations.

Vendredi 15 # Jour 288 : Très beau ballet de Hofesh Shechter au Châtelet, quelle joie de retrouver les artistes sur scène, pour eux comme pour nous.

Samedi 16 # Jour 289 : Excellent film de François Ruffin Debout les femmes et chouette soirée à la philharmonie, je vous en parle bientôt.

Une semaine bien active comme j’aime 🙂

Et pour ce dimanche je vais essayer de caser un petit film avant d’aller voir ma mère…

Je vous souhaite une bonne journée.

Debout les femmes de François Ruffin et Gilles Perret

Je reviens tout juste du ciné, je suis encore dans le film et quel film …

Tous les politiques devraient travailler comme Mr Ruffin et s’inquiéter du sort des gens. Comment toutes ces femmes qui travaillent si dur peuvent elles à ce point être méprisées aujourd’hui en France ?

Des salaires de misère pour des horaires à rallonge puisque les pauses et les trajets ne sont pas comptés pour les aides à domicile.

Un salaire de misère aussi pour les aides auprès des enfants handicapés dans les écoles.

Et pareil pour tous les métiers féminins « d’aide à la personne ».

François Ruffin a été nommé rapporteur d’une mission d’information parlementaire, à l’assemblée nationale donc sur ce qu’ils appellent justement les métiers du lien. Il est associé au député marcheur Bruno Bonnel.

Le film est en grande partie un documentaire, la fin est ouverte sur l’espoir des femmes avec la très belle chanson Debout les femmes, reprise en choeur à l’Assemblée.

On rêve de voir chaque homme politique s’engager ainsi pour défendre ces femmes tellement volontaires et attachantes, défendre par là même toutes les femmes oubliées dans notre société. La pandémie et donc le Président de la République les ont mises en avant un moment mais les réformes n’ont pas suivi 😦

Les témoignages des femmes sont poignants, leur courage est immense, leur volonté aussi. Elles n’ont souvent pas le choix mais leur force est impressionnante. Je ne vais pas vous raconter mais le film est vraiment bien monté, c’est à la fois poignant, on a facilement la larme à l’oeil mais c’est aussi drôle et plein d’espoir quand même.

On y croit, un autre gouvernement, une autre République, une politique humaine, une vraie reconnaissance pour toutes ces personnes qui travaillent au service des autres.

Aller voir ce film très fort, votez Ruffin !

Lire la suite

Double Murder – Hofesh Shechter – Châtelet

Retrouver la compagnie des danseurs de Hofesh Shechter, dans le cadre de l’abonnement Théâtre de la Ville hors les murs est un réel plaisir.

Ce chorégraphe nous ravit à chaque fois. Sa danse est brutale, énergique mais tellement enivrante et addictive, et la musique toujours originale.

Le premier ballet Clowns est vraiment violent, les danseurs et danseuses sans distinction s’attirent et s’entretuent, se relèvent et recommencent dans un tourbillon perpétuel. Quelle performance de presque une heure. Le chorégraphe dénonce l’utilisation de la violence a des fins de divertissement.

Avec The Fix, le second ballet, il essaie de trouver un antidote à cette vision du monde. Pas facile, l’ensemble reste assez sombre mais quelques tableaux nous permettent de garder espoir dans un monde futur meilleur. Le final est grandiose pour cette sortie de pandémie et de retour dans les salles de spectacle, que l’on soit artiste ou spectateur.

Merci Monsieur Shechter.

Lire la suite

Mon défi créatif – Saison 2 – Semaine 5

Une semaine étoilée 🙂 J’ai découpé des étoiles (avec une perforatrice que j’ai acheté l’année dernière pour mes calendriers de l’avent) et quand j’ai 10 minutes, je décore une petite étoile avec des feutres et un tampon encreur.

J’ai fait des carrés aussi 😉

Mardi soir à @latelierdumardi nous avons fait du papier marbré, c’est super chouette, mon article est là

Et puis je continue @InktoberTangles2021, je vous en montre qu’un mais je fais tous les jours 😉

Je vous encourage à bidouiller, ça fait un bien fou.

Bonne journée

Carte postale #505

Une carte de vacances décalées qui donne envie de partir au soleil

Reconnaissez vous ?

2 spectacles prévus pour moi ce week-end et une visite chez ma mère … J’aimerai caser une séance de cinéma aussi 😉 Et vous des projets ?

Bonne fin de semaine.

Atelier saison 16 – Séances # 3

Pour ce trimestre, à @latelierdumardi, nous continuons nos essais de papier marbré.

Pour cela, on met de l’eau et du lait en poudre dans un bac puis dessus de la peinture à l’huile allongée par de l’essence de térébenthine, on souffle, on fait des traits. On pose une feuille un peu épaisse quelques instants à la surface, on relève et on admire.

Après les formats A3 et A4 on a testé le format Grand Aigle (110*75).

L’idée avec ces grands panneaux est de créer un labyrinthe … A suivre 🙂