Dites-lui que je l’aime de Clémentine Autain

J’aime bien Clémentine Autain, je l’ai croisé plusieurs fois dans les manifs, elle est très disponible. J’ai lu plusieurs de ces précédents écrits que j’ai apprécié. J’aime surtout son engagement politique pour les femmes.

Je ne savais pas qu’elle était la fille d’une actrice et je ne me souviens pas d’avoir vu les films de Dominique Laffin.

Le récit de ses jeunes années auprès de sa mère disparue trop tôt est très fort.

Les questions de sa fille aujourd’hui qui ravivent les souvenirs sont l’occasion pour elle de se replonger dans ce passé difficile.

Les avancées de sa réflexion, le pardon à cette mère hors norme nous montrent toute sa sagesse.

L’enfance, ce que l’on vit (subit) enfant, conditionne toute notre vie. Etre mère (et père) n’est pas simple et c’est une immense responsabilité. Quand on fait de son mieux, que l’on peut donner tout l’amour possible, ça se passe bien mais quand on y arrive pas… Qu’en est il de la vie de l’enfant devenu adulte ?

Dès que je lis sur les relations mère-fille, j’apprends sur la mienne et parfois sur ma façon d’être, de réagir, de comprendre les autres.

J’ai beaucoup aimé ce livre très touchant qui met en valeur 2 femmes assez exceptionnelles.

L’avez vous lu ? Qu’en pensez vous ?

Présentation de l’éditeur

«  L’autre jour, ma fille m’a demandé si on pourrait te voir quand tu ne seras plus morte. Elle est encore petite, tu sais, alors elle a insisté – et pourquoi ton cœur s’est arrêté, et pourquoi tu es morte dans ta salle de bain… Mourir à 33 ans, elle ne comprend pas, et elle a peut-être senti dans ma réponse mon aversion à parler de toi, à penser à toi. J’avais tout emmuré mais te revoilà sans cesse…  »

Il aura fallu trente ans pour que Clémentine Autain écrive sur sa mère, la comédienne Dominique Laffin, morte en 1985. Clémentine en avait 12 et déjà un long et douloureux chemin avec cette mère en souffrance, égarée, incapable de prendre soin de sa fille. Clémentine Autain s’est construite en fermant la porte aux souvenirs, en opposition avec cette mère dont, petite fille, elle avait parfois dû s’occuper comme d’un enfant. Aujourd’hui, elle n’occulte rien, dit avec justesse le parcours tragique d’une femme radieuse et brûlée, passionnée de vie, actrice magistrale, féministe engagée mais dévorée par ses angoisses et prise au piège d’une liberté dangereuse.
Dites-lui que je l’aime  : dans ce récit poignant dont le titre rappelle le film éponyme, Clémentine Autain rend justice à une figure oubliée des uns, culte pour les autres. Elle retrouve ce qu’elle lui doit, son féminisme, sa propre maternité peut-être. Et malgré l’âpreté des souvenirs, elle écrit un récit d’une grande douceur, une lumineuse lettre d’amour.

Biographie de l’auteur

Clémentine Autain est députée de Seine-Saint-Denis et co-directrice de la publication de la revue Regards. Elle a publié de nombreux ouvrages politiques et plusieurs engagés en faveur de l’émancipation des femmes.

Tagué:, , ,

8 réflexions sur “Dites-lui que je l’aime de Clémentine Autain

  1. Catherine 5 mars 2020 à 10 h 55 min Reply

    Tu me donnes envie de la lire. Merci

    Aimé par 1 personne

  2. manika27 5 mars 2020 à 13 h 00 min Reply

    Pas lu. C’est le genre de livre qui m’agace un peu car je les trouve nombriliste mais je ne parle pas forcément de celui là 😉

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 7 mars 2020 à 8 h 56 min Reply

      Je n’ai pas ressenti cela mais je suis toujours curieuse des analyses des relations mère-fille 😉

      Aimé par 1 personne

      • manika27 8 mars 2020 à 13 h 43 min

        Parce que tu n’as pas connu ? en temps que mère je veux dire ?

        Aimé par 1 personne

      • mhf le blog 8 mars 2020 à 22 h 00 min

        Parce que ma relation avec ma mère est très complexe 😉 Et du coup je suis contente d’avoir des garçons !

        J'aime

  3. […] Ce sont les bibliothécaire de mon travail qui m’ont proposé ce livre en même temps que celui de Clémentine Autain. […]

    J'aime

  4. […] 5 Un livre de femme : Lu récemment, j’y pense encore. Témoignage de Clémentine Autain sur le souvenir de sa mère et leur relation. […]

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :