Archives de Tag: poésie

#DéfiLivres Confinement – Semaine 6

Le mois se termine mais pas le confinement. Je vous propose une rallonge jusqu’au 11 mai… Je sais vu les annonces que ce ne sera pas la libération totale, on verra à ce moment là ce que l’on fait 😉

La nouvelle liste pour ce début mai.

Et voici mes dernière propositions :

Livre 37 Un livre sur les relations familiales : Pour tout savoir sur le passé d’Assad 😉 La série de Jussi Alder Olsen Departement V est excellente.

Livre 38 Un livre de musique : Je me fais plaisir en vous proposant ce beau livre sur Etienne Daho.

Livre 39 Un recueil de poèmes : Je ne lis pas vraiment de poésie, cette collection me vient de mon adolescence et de mes parents.

Livre 40 Une saga historique : Je ne lis pas non plus souvent de saga histoprique mais j’avais bien aimé ce livre de Susan Fletcher.

Livre 41 Un manga : Manga préféré du moment d’un de mes fils, il m’en a fait lire que j’ai appréciés.

Livre 42 Un livre huis clos : Un livre glaçant comme sait si bien le faire Karine Giebel.

Livre 43 Un livre à emmener sur une île déserte : Choisi pour le titre mais vous savez ma passion pour Modiano 😉

Par ce temps de confinement, c’est agréable de se plonger dans sa bibliothèque. Je feuillette les livres, j’ai envie d’en relire certains. Et puis je note de nombreux titres pour de prochaines lectures. Merci de vos partages.

Je vous souhaite une bonne journée.

 

XYZ ou comment parvenir à ses fins – Georges Appaix – Mac Créteil

Un spectacle original, poétique, dansant.

Un abécédaire à la fois drôle et émouvant, les dernières lettres pour un fin joyeuse d’une grande série.

Georges Appaix est un chorégraphe danseur et avec sa compagnie La Liseuse, il a crée toute une série de ballet par ordre alphabétique et celui ci vient la terminer.

Ce n’est pas facile de vous décrire le spectacle, texte poétique conté par les danseurs, danse, musique, jeu de lettre.

Un moment, une parenthèse hors du temps, je me suis laissée portée, oublié la journée de travail? c’est parfait.

C’était la dernière à la Mac mais s’ils passent près de chez vous, n’hésitez pas.

Lire la suite

Un lundi parmi tant d’autres : Poésie

On se retrouve pour les lundis chez Zaza et chez Alice.

Cette semaine, le thème est la poésie du quotidien !

Je ne sais pas si le jour est bien choisi 😉

Difficile de trouver de la poésie dans la soirée électorale d’hier soir !  La gauche éliminée dès le 1er tour, je ne pensais pas revivre cela après l’électro choc de 2002…  Même si cette fois ce n’est pas vraiment une surprise…. Je suis quand même toujours contrariée qu’ils n’aient pas réussi à trouver un accord avant ! Cependant, j’irai voter au second tour pour faire barrage au Front National.

Bref tout ceci n’est pas très poétique…

En lisant le sujet ces jours derniers, j’ai tout de suite pensé à la chronique d’Edouard Baer le matin à la radio. Je le trouve tellement poète, c’est souvent émouvant, drôle, souriant…

Un extrait si vous ne connaissez pas, pour un lundi matin un peu moins difficile…  Bon lundi à tous…

Sage femme de Martin Provost

Petit film du week-end 🙂

J’aime beaucoup les 2 actrices et le film est pensé pour elles mais c’est un joli film sur les relations entre 2 femmes, qui pourraient être mère et fille ou inversement.

C’est un film sur le pardon, le temps peut adoucir les peines, et on peut aussi voir la vie différemment. Comprendre ce qui est à l’opposé de nous en regardant au delà de l’horizon, il s’y passe parfois de belles choses.

Claire (Catherine Frot) est sage femme, calme, laborieuse, rangée… Béatrice (Catherine Deneuve) est excentrique, bohème, joueuse, égoïste… Elles sont unies par le souvenir d’un homme, un père, un amant, par la douleur de l’abandon…

Les seconds rôles masculins sont très bien aussi, Paul (Olivier Gourmet) est peut être le catalyseur qui les fait réagir toutes les 2. Et Simon (Quentin Dolmaire) le fils ou petit-fils qui ressemble tant à son grand père passe comme un ange pour elles…

Ce film est comme une fable poétique tout en douceur, j’allais dire comme un accouchement, comme le moment où la sage femme dépose le bébé sur le ventre de la Maman… 😉

Vous me direz si vous allez le voir….

Lire la suite

Les souvenirs m’observent de Tomas Tranströmer

71LngzDQDcLL’année dernière pour son anniversaire, j’ai offert à mon amie Isa trois prix Nobel de littérature. Elle me les a prêtés. Pas forcément facile à lire…

Tomas Tranströmer est un poète suédois, né en 1931 à Stockholm. Il a rédigé une quinzaine de recueils en cinquante ans d’écriture. Poète contemporain suédois le plus renommé et le plus traduit, il a reçu de nombreux prix, dont le prix Nobel de littérature en 2011. (wiki !)

Les souvenirs m’observent est son seul ouvrage en prose.

L’auteur raconte son enfance de façon simple et poétique. Il décrit un petit garçon très curieux et inventif, déjà plongé dans le monde des livres. L’écriture est belle.

Cependant il ne m’a pas donné envie d’aller plus loin et de m’intéresser à sa poésie.

Je participe avec cette lecture au défi de Virginie B que vous pouvez retrouver cette semaine ici.

Qu’avez vous lu cette semaine ? Lisez vous de la poésie ?

Lire la suite

La Dame N°13 de José Carlos Somoza

Capture d’écran 2012-02-23 à 16.02.18C'est le premier roman que je lis de cet auteur espagnol né à Cuba. Et je suis toute retournée par cette histoire qui frôle la folie et m'a emportée dans un autre monde, celui de la poésie.

En ce moment, 2 heures après avoir tournée la dernière page, je me dis que plus jamais je ne lirai de poésie (je n'en lis pas souvent non plus) mais aussi que je n'écouterai plus de pièces en vers au théâtre de la même façon (et cela m'arrive plus souvent) …

Je ne peux pas vous raconter l'Histoire de ce livre, on est emportée par elle dès les premières pages. Un homme Salomon Rulfo fait des cauchemars et cherche la Dame n°13… Il découvre que la poésie est une arme comment dire "diabolique".

L'auteur crée un univers inquiétant mais fascinant porté par une écriture riche et on ne peut laisser ce livre.

Je vous le conseille vivement. Je ne trouve pas d'autres mots…

Lire la suite

Un été sans les hommes de Siri Hustvedt

Capture d’écran 2011-08-06 à 15.08.33 J'avais déjà beaucoup apprécié "Tout ce que j'aimais" et celui ci est également un très beau roman.

Une femme, la cinquantaine, est quitté par son mari. Elle décide de retourner passer l'été dans la ville de son enfance auprès de sa mère et de donner des cours de poésie à des adolescentes. Elle se lie d'amitié avec sa jeune voisine et ses enfants.

Différentes générations de femmes  se croisent, s'aiment, se confient, vivent dans ce livre.

L'auteur nous prend à témoin, amplifie mon féminisme, parle poésie de façon légère et nous fait partager ce moment particulier de la vie d'une femme.

C'est à la fois émouvant, drôle, plein de sentiments, réfléchis…

Je vous conseille particulièrement ce livre même si vous êtes un homme 😉

Lire la suite

Carmélo, poète de l’imaginaire.

Image 1
Nous revenons du pays de Carmélo, magicien poète, un spectacle en famille…
L'enthousiasme est inversement proportionnel à l'âge mais nous avons passé un bon moment.
Ce spectacle nous a été offert par mon comité d'entreprise et c'est une excellent initiative de permettre aux familles de "sortir"
Le pitch : Formidable saltimbanque qui cultive la différence, vous entraine dans son univers.
Juchés sur votre petit nuage, vous assisterez à la création d'un nouveau langage aux confins du mime, de la peinture, de la magie et de la poésie.
Ses inspirations se mélangent sans cesse: Harold Lloyd, Buster Keaton, Jacques Tati, Charlie Chaplin, René Magritte… Son spectacle est une oeuvre d'art qui se déploie comme une évidence et vous emmène dans un univers fascinant et singulier. Un spectacle plein d'émotion et de virtuosité!