Dans un jardin qu’on dirait éternel de Tatsushi Ōmori

Je suis allée au cinéma en fin d’après-midi en respectant bien les gestes barrières.

Un film japonais sur la tradition de la cérémonie du thé.

Un film de femmes, 2 jeunes femmes Noriko et Michiko, cherchent leur voie. Elles décident d’apprendre la cérémonie du thé auprès d’une grand maitre.

L’apprentissage est très précis, très lent, délicat. La cérémonie du thé est un prétexte pour se connaitre soi-même et voir le monde d’une façon bienveillante.

« Chaque jour est un bon jour » …

L’ensemble est artistique, un apprentissage au fil des saisons, les traditions japonaises sont impressionnantes.

Seul bémol, on ne sait pas vraiment comment faire le thé et surtout, le film ne donne pas les recettes des superbes pâtisseries qu’elles dégustent avant le thé.

Un très bon moment de cinéma poétique.

Synopsis :

Dans une maison traditionnelle à Yokohama, Noriko et sa cousine Michiko s’initient à la cérémonie du thé. D’abord concentrée sur sa carrière dans l’édition, Noriko se laisse finalement séduire par les gestes ancestraux de Madame Takeda, son exigeante professeure. Au fil du temps, elle découvre la saveur de l’instant présent, prend conscience du rythme des saisons et change peu à peu son regard sur l’existence. Michiko, elle, décide de suivre un tout autre chemin.

Tagué:, , , ,

7 réflexions sur “Dans un jardin qu’on dirait éternel de Tatsushi Ōmori

  1. misstortue 4 septembre 2020 à 8 h 45 min Reply

    Finalement tu peux sortir!!! Une bonne nouvelle!
    Bisous

    Aimé par 1 personne

  2. regardscritiquesho22 5 septembre 2020 à 19 h 19 min Reply

    « Dans un jardin qu’on dirait éternel »,un film réalisé par Tatsushi Ōmori…
    Là, c’est sûr, un premier conseil: laissez-vous aller, ne vous posez pas de questions, laissez-vous prendre par l’atmosphère, sinon, vous allez quitter rapidement la salle! « Dans un jardin qu’on dirait éternel » est une expérience sensorielle inoubliable…
    Le film est magnifique, envoûtant, avec des plans très longs, un montage fluide, comme l’eau qui ruisselle, élément très important dans le film. Il s’agit du portrait saisissant d’une femme, de l’adolescence à la quarantaine, ou plutôt de plusieurs portraits de femmes. Les hommes sont quasiment absents -sauf le personnage du père, absolument admirable!- et le film est quasiment un huis-clos. Très peu d’extérieurs. La jeune femme, le personnage principal, est en même temps la narratrice en voix off. Tout se passe dans une maison de thé, où la jeune femme passera toute sa vie à apprendre l’art du thé.
    Le début est laborieux, car très long, puis, petit à petit, l’émotion finit par gagner. Nous sommes dans le sacré, dans le spirituel et, évidemment, dans le rituel et, petit à petit, le film se découvre pour ce qu’il est: une réflexion philosophique sur la vie, le temps qui passe, l’amour, la famille, le bonheur, le deuil. La jeune femme découvre petit à petit la philosophie de la vie. Au début du film, elle raconte que, tout enfant, ses parents l’avaient envoyée voir « La Strada » de Fellini et qu’elle n’avait rien compris, qu’elle était passée à côté du film. A la fin, elle a compris « La Strada », la boucle est bouclée, et c’est un film qu’elle ne peut plus voir sans pleurer.
    La cérémonie du thé, le rituel est la métaphore de la vie, du temps qui passe, de l’inclusion de l’être humain dans la nature -magnifiquement filmée- et dans les saisons. A chaque saison, à chaque moment de la vie correspond un thé particulier. Nous sommes dans un monde bien particulier, dans une civilisation bien particulière, entre Japon traditionnel et Japon moderne, même si la modernité n’est présente que par quelques rares éléments.
    Nous assistons donc à une très belle fresque philosophique et l’impression est étonnante après le film: on croit comprendre ce que signifie le mot « zen ». Au total, le film est superbe, d’une très grande beauté esthétique, d’une très grande émotion et les thèmes abordés sont universels! Vraiment une très belle œuvre!

    Aimé par 1 personne

  3. […] 3 # Jour 247 : Film japonais sur la cérémonie du thé… « Chaque jour est un bon […]

    J'aime

  4. manika27 8 septembre 2020 à 16 h 15 min Reply

    J’aime beaucoup les films asiatiques qui porte une dimension poétique que l’on voit peu dans les films occidentaux.

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :