Archives de Tag: justice

Cher connard de Virginie Despentes

Excellente surprise que cette lecture 🙂 Vu le titre, j’imaginais un brulot contre les hommes, un livre un peu violent et revendicatif, ce qui aurait pu me plaire aussi, je dois le reconnaitre mais ce n’est pas cela.

Un roman épistolaire qui analyse les travers de notre époque, la toute puissance des réseaux sociaux, la justice des médias et le temps qui file à toute vitesse d’un « scandale » à un autre…

Oscar et Rebecca échangent par mail suite à la déclaration de Zoé sur les réseaux, elle accuse Oscar de l’avoir harcelée. Rebecca, actrice connue, la soutient, mais Oscar, écrivain qui l’a connue enfant, veut lui donner sa version… Ils finissent par échanger tous les 2 de nombreux mails qui font le livre.

Ils analysent chacun de leur point de vue les situations et comme sur les réseaux tout s’enchaine assez vite. Tous les sujets chauds sont abordés : drogue, sexe, #metoo, vieillir, réseaux sociaux, violence, féminisme … C’est souvent percutant et donne à réfléchir.

La conclusion peut être : On se lève et on se casse… avec une note d’espoir.

L’avez vous lu ? Qu’en pensez vous ?

Lire la suite

Vivement la guerre qu’on se tue de Vincent Courcelle-Labrousse

Ce n’est pas le titre idéal à présenter en ce moment mais je voulais vous parler de ce livre qui n’a aucun lien avec l’actualité.

L’action se passe vers la fin des années 70 dans le monde la Justice avec des souvenirs de la guerre d’Algérie. L’ombre de Robert Badinter flotte sur tout le livre pour supprimer la peine de mort, et il est loin de faire l’unanimité.

L’auteur nous présente les coulisses de la magistrature, les jeux de pouvoir, le poids des différentes juridictions, ce n’est pas simple. On suit Pierre Journiac procureur, propulsé sur le devant de la scène par le procureur général. C’est la bataille entre les différents parquets. Et tous ces hommes se connaissent bien pour avoir fait ensemble la guerre d’Algérie, ils n’en gardent pas de bons souvenirs. C’est une période pas facile de notre Histoire.

Si ces 2 mondes vous intéressent, ce livre est pour vous 😉

Lire la suite

La fille au bracelet de Stéphane Demoustier

Mon ciné du dimanche.

Un film de procès, une très jeune fille est accusée d’avoir tuée sa meilleure amie.

Elles avaient 16 ans. Depuis le meurtre, Lisa a été arrêtée, elle porte un bracelet électronique en attendant le procès.

Tout la condamne, elle est la dernière à avoir vue la victime, elles s’étaient fâchées quelques jours avant, un couteau a disparu de chez Lise…

La jeune actrice Melissa Guers est impressionnante dans le rôle. A la fois très froide, très « ado », libre malgré tout.

Roschy Zem et Chiara Mastroïani en parents dépassés mais toujours présents sont très bien. L’avocate de la défense fait une belle plaidoirie.

Après ma lecture de Les choses humaines, à nouveau ici il est difficile de savoir qui est coupable ou non. Pas de certitude, chacun doit se faire son avis, quelle est la vérité ?

Le film cependant est sans surprise, film de procès classique avec quelques images d’extérieur pour mieux découvrir la famille.

Le film montre un monde adolescent que je ne connais pas malgré mes 3 gars ! Ca fait un peu peur en fait 😉

Avez vous vu ce film ? Qu’en pensez vous ?

Lire la suite

Grâce à Dieu de François Ozon

Je voulais voir ce film, je connaissais le sujet et je ne suis pas surprise par ce qu’il montre… Enfin si un peu quand même.

J’ai fait 12 ans d’école catho avec des soeurs surtout en primaire et des profs laïques. J’ai été pensionnaire et on avait prières en fin de journée et messes dès qu’une occasion se présentait.

Il ne m’est rien arrivé !

Je garde de bons souvenirs de ma scolarité protégée. Je garde aussi les valeurs profondes de cette religion que j’ai arrêté de pratiquer ensuite. Jeune femme je me suis dit que j’avais assisté à mon quota de messes et trucs du genre pour toute ma vie !

Par contre même si cela ne correspond pas à l’image d’une syndicaliste féministe engagée, je reste croyante. Je crois en un Dieu unique, le même pour toutes et tous quel que soit le nom qu’on lui donne et je suis farouchement opposée à tous les extrémismes (religieux ou autres). Mon Dieu me rassure.

Je crois en la bonté des humains, la foi dans son prochain, je suis une personne gentille (trop ?) et ça me va bien. J’aime aider, partager, donner et finalement au quotidien ce n’est pas si simple. Je pardonne, je ne suis pas rancunière, j’aimerai pouvoir davantage dire ce que je pense mais je reste réservée malgré mes efforts pour évoluer, depuis peu j’essaie de me protéger.

Les restes de mon éducation catho sont bien présents dans la femme que je suis aujourd’hui.

Alors quand je vois un film comme Grâce à Dieu, forcément mille questions me brouillent l’esprit. Rassurez vous je ne vais pas tenter d’y répondre ici 😉

Le film est très bien fait, les acteurs parfaits avec un Melvil Poupaud incroyable (vous savez mon faible pour lui) mais aussi Denis Ménochet et Swann Arlaud.

De jeunes garçons scouts ont subi des attouchements de la part du prêtre qui gérait le camp.  Ils se retrouvent 20 ou 30 ans plus tard, et parlent enfin. Ils ont plus ou moins réussis leur vie mais la blessure est là encore, tellement présente pour certains. Alexandre est resté Catho, il en veut au prêtre pas à l’Eglise mais devant son inaction il s’interroge de plus en plus. Et c’est lui, après avoir réalisé que même le Pape ne ferait rien, qui porte sa plainte en justice. François et Gilles portent plainte également et devant l’afflux de témoignages, créent l’association « La parole libérée » car c’est surtout de cela qu’il s’agit pour eux : témoigner, dire enfin l’innommable, et faire en sorte que cela ne se produise plus en empêchant définitivement ce prêtre d’être en contact avec les enfants.

Il y a des scènes très forte dans le film, quand le Père reconnaît les faits, dit qu’il est comme ça, qu’il n’y peut rien et qu’il ne demande même pas pardon. La souffrance dans le regard d’Alexandre quand il revoit le Père. Les crises physiques d’Emmanuel quand on lui parle du Père. La colère de François quand son frère n’en peut plus de son côté « victime »… Tout est fort en fait.

Hier le Cardinal Barbarin a été condamné par la justice pour non-dénonciation d’atteintes sexuelles sur mineurs, l’association de victimes La Parole libérée considère cette condamnation comme « une grande victoire pour la protection de l’enfance ». On attend maintenant le procès du Père Preynat.

Je vous laisse aller voir le film si ce n’est déjà fait et me dire ce que vous en pensez… Merci.

Une intime conviction de Antoine Raimbault

Ciné du lundi avec ce film sur le second procès de l’affaire Viguier.

Le film retrace le véritable procès du Jacques Viguier. Sa femme a disparu dans les années 2000, jamais retrouvée.

Mais il n’y a aucune preuve de sa culpabilité.

Dans le film Nora – Marina Foïs est persuadé de son innocence et elle fait tout pour « aider » la justice et en l’occurrence l’avocat Dupond-Moretti – Olivier Gourmet.

Ils sont tous les 2 formidables.

Nora refait un peu l’enquête, elle cherche à savoir ce qui s’est passé, le rôle de « l’amant ». Dupond-Moretti ne cherche pas le coupable, il veut juste faire acquitter son client. Le film montre bien les rouages de notre justice.

Et comme je ne me souvenais pas de cette affaire, il y a un véritable suspense.

Un bon film judiciaire.

Lire la suite

Rock en Seine 2018 – Jour 3

De retour après cette troisième journée. Nous ne connaissions pratiquement aucun des groupes proposés et pourtant on n’a quasi pas eu de moments de pause 😉

Le point météo : il faisait meilleur qu’hier malgré les nuages. Et il y avait beaucoup plus de monde, l’indice étant le temps d’attente aux toilettes des filles !

Nous avons bu notre dernier tout petit Martini, on s’est laissé tenter par des tee-shirts (pour les garçons), on a mangé éthiopien encore. Classique 😉

Au niveau musique :

Nous avons commencé avec Ady Suleiman, chanteur et songwriter anglais qui nous emmène avec lui en balade. Parfait pour commencer la journée tranquillement au soleil.

Lire la suite

3 Billboards : les panneaux de la vengeance de Martin McDonagh

Il y a longtemps que je n’étais pas allée au ciné… cela me manquait, et j’ai fait le bon choix pour cette reprise. Excellent film.

Frances McDormand est vraiment merveilleuse en mère désespérée depuis la mort de sa fille violée et assassinée et qui veut justice.

Après plusieurs mois, les flics n’ont rien trouvé, elle relance l’enquête en les mettant face à leurs limites…  Elle sème une petite révolution dans la ville.

Les personnages, Amérique profonde sont tous très bien trouvés. Le scénario et les dialogues sont intelligents et tellement justes et grinçants. Avec une touche d’humour (noir) bien dosée, le film malgré le sujet difficile est un vrai régal.

Les prix au Golden Globes sont largement mérités. Il y a des scènes et des répliques qui vont devenir cultes… je ne vous en dis pas plus pour vous laisser découvrir… J’ai vraiment beaucoup aimé.

Lire la suite

Le Majordome de Lee Daniels

Capture d’écran 2013-10-23 à 23.21.21Nous revenons du cinéma avec les enfants.

La Majordome est un film fort, prenant, une histoire de l'Amérique proche de nous mais que l'on voudrait plus lointaine. Il a fallu que les noirs se battent pour avoir les mêmes droits que les blancs au Etats-Unis et la marche a été longue.

On a tendance à l'oublier depuis l’élection de Barack Obama, mais il n'y a pas si longtemps personne n'aurait imaginé un noir à la Maison Blanche.

Forest Whitaker est excellent, un grand rôle, ce majordome qui voit défiler les présidents, entend leurs confidences en restant transparent à sa place.

Les combats de ses fils, l'Histoire des Etats-Unis en filigrane, l'avancée des mentalités… le film est poignant.

Je vous le conseille.

Les garçons (12 et 16 ans) ont aimé même si c'est un peu long. On a ensuite discuté sur plusieurs points d'histoire qu'ils n'avaient pas bien compris.

Lire la suite