La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa

Un joli livre japonais proposé par ma bibliothèque.

Une jeune femme Hatoko reprend la papeterie de sa grand mère après son décès. En parallèle de la papeterie, elle fait écrivain public.

Elle accueille ses clients avec une tasse de thé et propose ses services pour des lettres d’amour, de rupture, des condoléances, des voeux…

Hatoko fait le bien autour d’elle, elle est amie avec une petite fille, avec sa voisine, avec une institutrice et quelques clients. Elle retrouve une amie d’enfance. Au cours des 4 saisons, la vie s’écoule doucement, sereinement. Hatoko grandit et fait la paix avec sa grand-mère.

L’histoire est toute simple, très imagée, très poétique.

Hatoko explique comment elle écrit ses messages, choix du papier, de l’encre, de la plume, de l’enveloppe. Choix de l’écriture aussi. Cela donne envie de faire de la calligraphie.

Et puis Hatoko mange et bois du thé. Elle explique aussi les choix qu’elle fait. Elle décrit les plats, les saveurs. C’est très riche.

Un livre singulier agréable à lire comme une pépite de poésie asiatique.

Connaissez vous cette auteure ?

4ème de couv :

Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres.
Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de voeux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.
Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre des réconciliations inattendues.

 

Tagué:, , , ,

10 réflexions sur “La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa

  1. Coco 26 février 2019 à 7 h 42 min Reply

    J aime quand tu proposes ce type de lecture .je note +++ ce choix là .

    Aimé par 1 personne

  2. Corinne Laville 27 février 2019 à 8 h 27 min Reply

    Comme Coco, je retiens ce livre qui semble être tout à fait mon style. Merci.
    Bises

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 28 février 2019 à 21 h 41 min Reply

      Je cerne moins tes goûts, c’est un joli livre poétique

      J'aime

  3. Nanou 27 février 2019 à 14 h 16 min Reply

    J’ai vu ses livres à la médiathèque mais je ne l’ai encore jamais lue. Celui-là est très tentant !

    Aimé par 1 personne

  4. Catherine 28 février 2019 à 8 h 01 min Reply

    je l’avais déjà repéré ce livre. Tu me donnes encore plus envie de le lire. il faut que je me le procure

    Aimé par 1 personne

  5. […] masqués du Grenier, Nom d’un bouquin!, MissBook, Le blog de Krol, Les histoires de Lullaby, MHF, A book is always a good idea, Stephalivres, Temps des mots, Mon petit carnet de curiosités, La […]

    J'aime

  6. […] lu Idiss de Robert Badinter, l’histoire de sa grand-mère, très touchante. Ainsi que La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa, un roman japonais sur l’art de la […]

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :