Le tout dernier été de Anne Bert

Un livre sur le choix de mourir quand on le souhaite… Enfin pas vraiment, le choix de mourir avant que la maladie de Charcot devienne encore plus insupportable.

Car cette femme, Anne, femme active et aimant la vie ne voulait pas mourir. C’est une maladie incurable qui l’y oblige et elle a fait le choix de partir dignement en Belgique. En France cela est interdit.

Dans le livre elle raconte son dernier été mais aussi la découverte de la maladie, l’horreur de cette annonce, et le cheminement de ses pensées durant ses derniers mois de vie.

Ce n’est pas larmoyant, même pas vraiment triste. L’écriture est délicate, elle préserve ses proches, ses amis mais aussi j’imagine les autres malades. C’est son choix, sa dernière force, sa dernière liberté.

Elle est militante mais ce qu’elle souhaite en rendant son choix public c’est que justement chaque personne ait le choix de vivre ou mourir comme elle le souhaite, que la loi française permette le libre choix.

Bien sur ce livre est touchant, l’injustice de cette maladie est criante, le texte est émouvant et doit pouvoir donner de la force aux personnes atteintes ou qui ont des proches ayant cette maladie.

Ma mère qui n’a pas une maladie incurable mais fortement invalidante parle souvent de mourir, les médecins ne l’entendent pas et elle n’a je crois déjà plus la force de prendre une telle décision… C’est tellement compliqué la vie…

« Je viens de rencontrer mes passeurs. Ces hommes qui font désormais partie de ma vie puisqu’ils vont m’aider à la quitter.
Je les ai sentis rigoureux, exigeants, prudents. Et engagés à me tendre doucement la main. Une autre médecine qui, quand elle ne peut plus soigner le corps, se décide à soigner l’âme. »
Parce qu’elle aime furieusement la vie et qu’elle est condamnée, Anne Bert a décidé de choisir et de ne pas subir jusqu’au bout les tortures que lui inflige la maladie de Charcot. C’est ce cheminement qu’elle nous raconte ici. Celui de devoir mourir hors-la-loi, et hors-les-murs, puisque la loi française ne l’autorise pas à abréger ses souffrances. Celui aussi de son dernier été.
Il faut découvrir le goût des dernières fois et des renoncements, apprendre à penser la mort, dire au revoir à ceux qu’elle aime, en faisant le pari de la joie malgré le chagrin.
Un récit poignant, une ode à la liberté et à la vie, permise seulement par sa détermination à dire non.

Tagué:, , , , , ,

6 réflexions sur “Le tout dernier été de Anne Bert

  1. Coco 16 janvier 2018 à 19 h 25 min Reply

    Merci de cet article ,je ne savais pas qu’ elle avait écrit un livre .merci de varier tes lectures pour notre plus grand plaisir

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 16 janvier 2018 à 22 h 22 min Reply

      J’ai été très touchée par ses interventions à la radio… Je voulais la lire aussi…

      J'aime

  2. iietoiledemerii 16 janvier 2018 à 21 h 07 min Reply

    J’ai du mal à lire ce genre de livre même si les sujets me plaisent

    Aimé par 1 personne

  3. Nanou 21 janvier 2018 à 20 h 51 min Reply

    Sujet difficile ! J’aimerais avoir cette lucidité si un jour je me trouvais dans cette situation. Sur le même thème, il y a un film avec Vincent Lindon et Hélène Vincent, Quelques heures de printemps de Stéphane Brizé, très émouvant et très digne aussi. L’as-tu déjà vu ? Sinon, je te le recommande.

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :