Boxe Boxe Brasil – Mourad Merzouki / Cie Kafïg – MAC

Reprise de saison à la Maison des Arts de Créteil pour le festival Kalypso et le ballet de Mourad Merzouki.

Musiciens classiques sur scène et mobile, danseurs (que des hommes!) brésiliens pour un spectacle revisité par le chorégraphe mais un peu comme un retour aux sources du hip hop ensoleillé.

Tout tourne autour de l’univers de la boxe, c’est bien vu, c’est fort, surprenant, musclé, souvent drôle. Un danseur arbitre vaguement déguisé en Maya l’abeille est incroyable.

Les musiciens du quatuor à cordes Debussy sont au coeur du spectacle et tellement excellents.

La salle était comble, les applaudissements ont été enthousiastes, leurs saluts dansés est un petit plaisir de plus tellement souriant…. Merci pour cette belle soirée.

Les garçons sont venus avec moi et ont bien aimé également.

Le pitch du site de la MAC

En 2010 Mourad Merzouki invitait le quatuor à cordes Debussy à partager la scène avec des danseurs hip-hop, « Boxe Boxe » a été joué devant près de 130 000 spectateurs. Le chorégraphe remet les gants pour repenser l’écriture de cette pièce et associe les interprètes cariocas qu’il a révélés dans « Agwa » il y a près de dix ans, pour créer un « Boxe Boxe » aux couleurs du Brésil, dans une version inédite et détonante. Un projet emblématique de la signature Käfig, par le croisement des univers artistiques et l’ouverture sur le monde.

« Dans la vie du chorégraphe Mourad Merzouki, il est beaucoup question de fidélité, de transmission et de frontières abolies. Avec Käfig, il célèbre vingt années de ces rencontres improbables et fertiles auxquelles sont notamment associés le Quatuor Debussy et de jeunes danseurs brésiliens. […] Ils montent à leur tour sur le ring pour une recréation de Boxe Boxe. Avec leur énergie, la pièce change de couleur à tel point que 80% du répertoire des musiciens a lui aussi retrouvé les Amériques : Debussy, Verdi et Schubert ont laissé place à Piazzola, Dvorak et Villa-Lobos. […] Boxe Boxe prend un sérieux coup de soleil ! » Le Progrès, janvier 2017

« J’ai rencontré ces jeunes interprètes brésiliens lors de la Biennale de la Danse de Lyon en 2006. Leur manière de s’exprimer m’avait à la fois marquée et séduite. Danser est leur façon d’exister, de sortir des difficultés du quotidien. Leur parcours m’avait touché car j’y retrouvais l’écho de mon propre cheminement, lorsqu’adolescent j’ai pris conscience que la danse était la clé pour trouver ma place dans la société. L’envie de créer pour eux s’est vite imposée. De là est né Agwa en 2008. Depuis, une aventure artistique et humaine s’écrit : tant d’années à parcourir le monde et à partager la danse avec une énergie inconditionnelle. Je souhaite aujourd’hui lancer un nouveau défi, les emmener plus loin dans leur exploration du mouvement et du métissage des genres. C’est aussi pour moi un challenge chorégraphique que d’allier la gestuelle des danseurs brésiliens à la pièce Boxe Boxe (création 2010), écrite pour d’autres corps et d’adapter leur danse à une nouvelle partition musicale, repensée avec la complicité du Quatuor Debussy. Revisiter une création est un exercice passionnant : résister au côté éphémère, prouver que la danse est un art bien vivant qui s’adapte aux corps comme aux énergies permet de prolonger le plaisir d’un spectacle. C’est un cadeau motivant et je suis heureux de le présenter avec ces fidèles compagnons de route. Dans la continuité du projet artistique que je porte depuis 20 ans, cette re-création s’inscrit dans une dynamique d’ouverture sur le monde, démontrant une nouvelle fois la force de la danse à dépasser les frontières. » Mourad Merzouki

Avec les danseurs Diego Alves Dos Santos dit Dieguinho, Cleiton Luiz Caetano De Oliveira, Aguinaldo De Oliveira Lopes dit Anjo, Helio Robson Dos Anjos Cavalcanti, Geovane Fidelis Da Conceição, Diego Gonçalves Do Nascimento Leitão dit White, Wanderlino Martins Neves dit Sorriso, Jose Amilton Rodrigues Junior dit Ze, Alexsandro Soares Campanha Da Silva dit Pitt.
Et les musiciens du Quatuor Debussy – Christophe Collette, Marc Vieillefon, Vincent Deprecq, Cédric Conchon.

Tagué:, , , , , ,

3 réflexions sur “Boxe Boxe Brasil – Mourad Merzouki / Cie Kafïg – MAC

  1. De Saint Riquet Anne 18 novembre 2017 à 8 h 18 min Reply

    Très belle soirée qui met du baume à l’âme et son vague…de Novembre!… beaucoup de poésie, d’humour, de virtuosité dans les corps et les notes…un bel éclairage aussi… et de très beaux danseurs… Oui, j’utilise beaucoup « beau »…mais quand c’est le cas, pourquoi se priver?…

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 21 novembre 2017 à 22 h 36 min Reply

      C’était trop beau 🙂 Merci de ton commentaire… Bises

      J'aime

  2. […] 17 # Jour 321 : Superbe ballet de Merzouki à la […]

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :