Mes seuls dieux de Anjana Appachana

Image 3Il s'agit d'un recueil de nouvelles indienne écrite par une femme indienne également !

Le style est très poétique, limpide. Le contenu est sobre, bien écrit, parfois drôle mais surtout il témoigne de la condition des femmes indiennes et la tradition pèse encore très lourd pour elles.

C'est un témoignage très intéressant. On sent que l'évolution est irréversible mais les jeunes femmes doivent se battre au quotidien  afin de vivre comme elles l'entendent dans ce monde en pleine évolution.

De plus,  le livre est très beau…. Je vous le conseille….

Le Mot de l'éditeur

Pathétiques et drôles, pleine de détails au quotidien, parfois féroces
dans la description d’un monde et d’une culture idéalisés par les
Occidentaux,  les nouvelles d’Anjana Appachana nous font découvrir
l’Inde contemporaine du point de vue de la femme indienne, à travers
les âges de sa vie, depuis l’enfance vulnérable jusqu’aux déboires
parfois dramatiques des épousailles et d’une vie domestique aliénée aux
règles et aux traditions hindouistes. Car la société indienne
aujourd’hui, extraordinairement complexe, met aux prises plusieurs
mondes, plusieurs époques même : l’ancestral système des castes avec
ses superstitions et ses proscriptions, l'intrusion de la modernité
occidentale qui, dans les années quatre-vingt où se situent ces
histoires, commence à menacer les croyances et les pouvoirs locaux, et
en mémoire toujours présente, la vieille éducation britannique à la
mode brahmane.
Pleine
d’inventions narratives, ces huit nouvelles, on s’en doute, sont
nourries d’une riche expérience personnelle et témoignent d’un sens
aigu de la description dans les moindres détails des comportements, des
mœurs et du décor.
Ainsi, dans Mes seuls dieux, la narratrice est une fillette qui porte une dévotion folle à sa
mère
au point de croire celle-ci en communication directe avec le panthéon
des divinités hindoues, comme si elle était l’une d’elles. Dans le
fantôme de la Barsati, un propriétaire qui loue de préférence aux
madrasis (originaires de Madras), réputés bons payeurs, doit baisser
ses prétentions quand son  nouveau locataire annonce que sa chambre est
hantée. En fait de fantôme, il séduira la fille de la maison. Dans
Incantations, la jeune narratrice s’invente une vie sentimentale dans
les romans anglais au moment où sa sœur aînée se prépare au mariage.
Cette dernière se prépare à la pire violence intra-conjugale, celle
d’un beau-frère maître chanteur. Et c’est la petite confidente,
lectrice éperdue de Jane Eyre, qui devra subir, bouche cousue, les
récits circonstanciés de sa grande sœur désespérée… d’autres histoires
s’enlacent et se dénouent avec ce même charme unique fait de cruauté
inconsciente et d'enchantement amoureux, de songeries amères et
tendres, de conflits cocasses ou tragiques…

Née dans le Kodagu,
province du Karnataka, l’ancien Etat de Mysore, au sud de l’Inde,
Appachana fait des études supérieures à Delhi et en Pennsylvanie et
publie en Angleterre ce premier recueil Mes seuls dieux, avant qu’il ne
trouve son public en Inde dans l’édition Penguin. Désormais reconnue,
primée en Angleterre et aux Etats-Unis pour un premier roman, Appachana
poursuit son investigation quasi sociologique de l’imaginaire indien
mais en y ajoutant, comme dans chacune des nouvelles de ce recueil,
cette ampleur intimiste, frémissante de nuances, qui nous rend si
proches ses petites filles inquiétées par le drame familial et ses
jeunes femmes désemparées par la secrète violence institutionnelle sous
les dehors lénifiants des fêtes et des rituels. En rupture avec la
respectabilité des conventions, le système des castes et le poids de la
bureaucratie provinciale, l’auteur de Mes seuls dieux place le lecteur
au cœur même de la sensibilité féminine indienne si proche de la nôtre
dans ses aspirations, tout en nous invitant au voyage.
Anjana Appachana partage sa vie entre l'Inde et les États-Unis (Arizona).

Nouvelles traduites de l'anglais (Inde) par Alain Porte

Tagué:, , ,

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :