Les fureurs invisibles du coeur de John Boyne

J’ai lu recemment L’audacieux Monsieur Swift du même auteur, cadeau de fête des mères avec celui là. Et je confirme c’est un auteur à découvrir.

850 pages, un pavé, quelques passages un peu long mais une histoire de vie très forte et très belle.

Cyril nait en Irlande après la guerre, sa mère est seule, elle ne peut le garder, il est adopté par un couple marginal.

Enfant, il rencontre Julian, son meilleur ami. Très vite, Cyril sait qu’il préfère les garçons, qu’il n’est pas comme tout le monde. Et en Irlande dans les années 60, l’homosexualité n’existe pas.

Cyril se cache, fait semblant, se trompe lui même. La vie ne lui fait pas de cadeau dans sa jeunesse. Pour s’épanouir il doit quitter l’Irlande pour les Pays-bas, puis New-York.

Sa vie est semée d’embuches mais aussi de belles rencontres. Je ne vous raconte pas trop pour vous laisser découvrir. Cyril est un homme sensible, attaché malgré tout à son pays alors que franchement ça ne donne pas envie. Je ne sais pas aujourd’hui quels sont les droits des homosexuels là-bas.

Connaissez vous cet auteur ? Un autre titre à me conseiller ?

Bonne lecture, heureusement que l’on a les livres…

4ème de couv :

Cyril n’est pas « un vrai Avery » et il ne le sera jamais – du moins, c’est ce que lui répètent ses parents, Maude et Charles. Mais s’il n’est pas un vrai Avery, qui est-il ? Né d’une fille-mère bannie de la communauté rurale irlandaise où elle a grandi, devenu fils adoptif des Avery, un couple dublinois aisé et excentrique, Cyril se forge une identité au gré d’improbables rencontres et apprend à lutter contre les préjugés d’une société irlandaise où la différence et la liberté de choix sont loin d’être acquises.

Une grande fresque sur l’histoire sociale de l’Irlande transformée en épopée existentielle. Florence Bouchy, Le Monde des livres.

John Boyne partage avec le chef-d’œuvre de John Irving, Le Monde selon Garp, un même souffle épique. Delphine Peras, L’Express.

Une éducation sentimentale et politique portée par l’art d’un romancier qui sait sonder les reins et les cœurs. Christophe Ono-dit-Biot, Le Point.

Tagué:, , , ,

5 réflexions sur “Les fureurs invisibles du coeur de John Boyne

  1. […] pour les soignants, un ciné, un spectacle amateur avec JL, du jardinage (si on peut dire), un livre […]

    J'aime

  2. Mumu dans le bocage 19 juillet 2020 à 11 h 30 min Reply

    Il faut vraiment que je découvre cet auteur et son dernier roman….. 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. manika27 19 juillet 2020 à 17 h 04 min Reply

    J’ai découvert cet auteur chez toi mais pas encore lu. Je viens de finir « soufi mon amour » ❤ et j'ai prévu de lire "changer l'eau des fleurs" pendant mes vacances !

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :