Jeu d’art # 77

Encore une oeuvre classique avec cette carte que je viens de recevoir Merci E.

Il sera peut-être plus facile de trouver où cette toile est exposée que le nom de l’artiste (enfin l’un entraînera l’autre).

Aimez vous cette toile ?

Ce week-end je vais aller voir plusieurs expos à Lyon, j’espère trouver de belles cartes pour ce jeu 😉 Du contemporain certainement 🙂 Je suis bien contente à l’idée de cette escapade.

Sinon il continue de faire beau, c’est quand même incroyable et bien agréable…  Avec des pensées pour celles et ceux qui n’ont pas cette chance, et qui ont beaucoup trop de pluie.

C’est pas le tout, mais il faut travailler ! Je vous souhaite une bonne journée.

Pas facile, il s’agit d’une toile de Clémence Roth : Petite fille tenant une orange de 1889.

L’oeuvre est exposée dans le cadre de « Etre jeune au temps des impressionnistes » au Musée Eugène Boudin de Honfleur.

Sinon elle appartient à la collection du musée de Morlaix.

J’ai trouvé un article de Ouest France qui parle de la toile :

 » Quand on a une maman peintre, il faut s’attendre à être sous le poil des pinceaux de temps en temps… À voir mon attitude pensive et un peu rêveuse, on pourrait croire à une certaine lassitude d’être exposée au regard des visiteurs depuis… 1889, année où je fus présentée au Salon des artistes français à Paris.

Je suis pourtant ravie d’avoir aidé ma mère à se faire une place dans le monde très masculin de la peinture. Mon succès me valut d’ailleurs d’être reproduite en première page de l’hebdomadaire le Paris illustré et de rentrer la même année dans les collections du musée de Morlaix où je pris le nom de Petite fille à l’orange.

Car c’est bien cette orange éclatante qui est le thème central du tableau où je pose et qui illustre la finesse et la virtuosité chromatique de la palette de ma maman : la couleur orange, rappelée sur mes lèvres, le rose de mes pommettes et le blanc de mes manchettes, renforcent la puissance de mes vêtements noirs, sobres et un peu austères.

Ah oui, quelques mots sur ma maman, Clémence Roth ! Née à Saint-Denis en 1853, elle a notamment suivi les cours d’Alfred Stevens avant d’exposer pour la première fois au Salon de 1880 où on la remarqua pour la qualité de ses portraits de femmes.

Devenue une spécialiste du genre, elle a remporté la médaille des Beaux-Arts d’Anvers en 1882. Épouse d’Edmond Roth, mon père, de vingt ans son aîné, elle fut veuve à 25 ans. C’est après le décès de papa qu’elle se consacra entièrement à son art, immortalisant ma jeunesse qui, depuis 127 ans, n’a pas pris une ride. « 

Tagué:, , ,

2 réflexions sur “Jeu d’art # 77

  1. manika27 17 octobre 2018 à 11 h 19 min Reply

    Bonne journée à toi … pas très fan !

    Aimé par 1 personne

  2. coco 18 octobre 2018 à 2 h 49 min Reply

    avec les copines du boulot , on dit que l’artiste s’appelle cémoi au musée de la chocolaterie

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :