(LA)HORDE – To Da Bone – MAC

Soirée danse découverte ce soir avec le jeune collectif (La)Horde.

On attendait peut être trop, la présentation nous avait vraiment donné envie.

Les 5 premières minutes sont assez puissantes, sur la grand plateau nu, le mouvement répétitif jumpstyle des 13 danseurs est impressionnant.

Mais ensuite cela ressemble plus à une performance, ça manque de chorégraphie. Les niveaux des danseurs sont variables, plus trop d’unité, il y a de bonnes idées mais l’ensemble est faible pour être présenté comme un renouveau. Il n’y a pas de surprise et les bons moments sont trop rares.

J’attendais un ballet surprenant, comme l’effet que nous avait fait la première chorégraphie d’Hofesh Shechter, mais non…

Pour tout vous dire, nos 2 ados ont aimé, ils ont trouvé cela drôle même s’il étaient d’accord que c’était très répétitif et limité dans la danse.

Le public était très jeune et rien que ça c’est chouette … 😉

Vous connaissez ? Vous les avez déjà vu ? Leur projet reste intéressant.

Le pitch du MAC :

Ils sont jeunes, ils sont brillants et ils importent l’énergie de la rue façon « jumpstyle » sur les plateaux de la danse contemporaine.  L’œil de l’extrême, sept 2016

Danse, performance, installation, cinéma, vidéo : (LA)HORDE impose le rythme d’une tornade. Amis, puis compagnons de création, Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel forment un jeune trio assez hétérodoxe qui tranche encore dans un paysage artistique déjà en mouvement. Aux manettes de ce projet polysémique, ils signent leurs œuvres du seul nom de (LA)HORDE sauvage, offensif, résolument collectif.

Artistes Associés de la Maison des Arts, carte blanche leur est donnée pour composer au moment de la création, plusieurs temps forts emblématiques de leur projet polymorphe et indisciplinaire.

Avec (LA)HORDE, « post-internet », emprunté à l’art contemporain, s’impose à la danse et change le périmètre de ses codes. Comme pour le hip-hop hier, l’effervescence de la rue est inspirante, puissante tandis que les réseaux sociaux explosent, engrangent, référencent et archivent des milliers de corps et de gestes en mouvement partout dans le monde. Au croisement des deux, jaillit une nouvelle écriture chorégraphique spontanée, frontale, tonique, tumultueuse, en partage portée par de jeunes Jumpers, autodidactes et connectés. Eclos sur la toile puis épanoui dans la rue, le jumpstyle né d’abord dans une chambre à travers un écran : transmetteur d’une stylistique dansée à reproduire live dans son salon puis en place publique mais à partager inconditionnellement avec ses pairs sur internet.

Plus qu’une esthétique, la danse post-internet interroge donc un processus à l’œuvre hors des réseaux de transmission institutionnels. Youtube bouleverse la pratique de la danse et permet, dans le projet de (LA)HORDE, de rassembler une communauté internationale, d’abord virtuelle et disséminée, sur une scène de danse.

La pièce To Da Bone fait ce pari de même qu’elle interroge la dimension politique, l’engagement et la révolte tels qu’ils peuvent se manifester différemment aujourd’hui.

Tagué:, , ,

3 réflexions sur “(LA)HORDE – To Da Bone – MAC

  1. […] 3 # Jour 34 : Marmelade de clémentines avec les restes de la fête 😉  Soirée originale à la […]

    J'aime

  2. manika27 4 février 2018 à 12 h 52 min Reply

    je ne connais pas merci de ton partage même si il est peu enthousiaste. bon dimanche

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :