Les trois derniers jours d’un facteur poilu de Gérard Pirodeau

anzh_AFFICHEDEForiginal2BASSEDEF2_1Soirée théâtre grâce à aux invitations de Xavier , merci +++

Une pièce au studio du Théâtre du Gymnase Marie Bell avec Alexis Smolen et Kevyn Diana.

Une toute petite salle et nous n’étions pas nombreux et c’est dommage car le texte est vraiment bon et très bien joué par les 2 comédiens.

Le sujet n’est pas facile, 2 soldats en 1918 se retrouve coincés dans une tranchée. Ils ne se connaissent pas, tous les oppose, ils sont blessés, ils ont peur. Mais leurs échanges, le temps qu’ils prennent à se raconter leur permet de souffler, de se rassurer, de voir peut être une lumière, de ne plus être seuls…

Le texte est poétique, la musique les accompagne également comme un soulagement, des moments hors du temps pour se souvenir…

Ils parlent de la guerre, de l’horreur qu’elle porte comme un témoignage afin que l’on n’oublie pas mais au final il y a beaucoup d’espoir dans le texte, d’espoir dans la valeur des hommes….

Encore une fois je vous conseille ce spectacle y compris avec des ados, le mien a vraiment apprécié !

Le pitch : Enterrés vivants, dans une tranchée suite à un bombardement allemand, deux poilus Théodore Lagrange  et Roger Perrin se retrouvent prisonniers…
Grièvement blessé aux yeux suite à une attaque au gaz quelques jours auparavant, Théodore Lagrange, paysan catalan, ne sait ni lire, ni écrire. Mais, il sait jouer de la musique, de l’accordéon.

Roger Perrin quant à lui, homme de lettre, facteur de métier est blessé à la jambe. Le facteur s’est engagé pour des raisons politiques et humaines. Le paysan a été enrôlé d’office. Deux mondes différents, et pourtant. Ils se retrouvent tous les deux dans cette pénombre froide, ne sachant pas combien de temps leur calvaire va durer…

Ils se rencontrent, apprennent à s’apprécier, se comprendre, s’entre-aider.
Alors que tout les sépare.

Un huis clos intense et humaniste à la fois. Une leçon d’histoire et d’amitié pleine d’émotions.

La Pièce a été sélectionnée par La SACD et présentée en lecture au festival d’Avignon 2014.

Tagué:, , , , , , , ,

7 réflexions sur “Les trois derniers jours d’un facteur poilu de Gérard Pirodeau

  1. gggaelle 6 octobre 2015 à 11 h 46 min Reply

    difficile de traiter un tel sujet avec délicatesse, j espere que ca se fini bien quand même ! (j aime pas trop la guerre 😉 )

    Aimé par 1 personne

  2. manika27 6 octobre 2015 à 14 h 07 min Reply

    Encore d’actualité cette guerre et ses commémorations… bonne idée ce huit clos il faudrait que ce spectacle parte en tourner dans les lycées / collèges !

    Aimé par 1 personne

  3. coco 8 octobre 2015 à 1 h 06 min Reply

    je trouve que l’affiche est plombante , noire et le sous titre =aux larmes citoyens mais tu en parle bien et si la piece apporte de l’espoir …dans la valeur des hommes , c ‘est tout bon
    merci de ton eclairage sur cette piece bises coco

    Aimé par 1 personne

  4. […] 5 # Jour 278 : Théatre du Gymnase pour une pièce émouvante sur la guerre de […]

    J'aime

Répondre à mhf le blog Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :