Archives de Tag: sel

Les protégés de Sainte Kinga de Marc Voltenauer

Ravie d’avoir pu lire le nouveau Marc Voltenauer, auteur suisse que je suis depuis ces débuts.

Merci Slatkine & Cie pour cet envoi.

On retrouve l’inspecteur Andreas Auer pour une prise d’otages dans les mines de sel de Bex. Les ravisseurs sont dans la mine avec une classe d’ados qui visitait les lieux, les membres d’une association qui organisaient une réunion et le personnel de la mine.

Les preneurs d’otages sont très bien organisés, ils ont piraté tout le système informatique et peuvent entrer en contact avec la police pour donner leurs directives qui sont assez originales. Comme le principal preneur d’otages qui est déguisé en Charlot.

L’enquête va les faire remonter jusqu’à Aaron Salzberg qui travaillait dans la mine au début du 19ème siècle. On découvre son histoire en parallèle.

Le livre est bien construit, la prise d’otages est intense, les différents protagonistes sont décrits avec précision. L’auteur reste concentré sur la prise d’otages et les mines de sel, l’action se passe sur quelques jours.

Tout est très détaillé (un peu trop peut être), on sait tout des mines de sel suisse mais aussi polonaise, de Sainte Kinga, des techniques de piratage informatique, des méthodes policières de négociation…

Le livre fait plus de 500 pages, il se lit facilement, l’intrigue monte vite en puissance. Les méchants ne le sont pas tant que ça, Andreas un tout petit peu aidé par Mikaël, gère l’enquête. Il y a toute une partie humaniste intéressante.

Je tourne un peu mes mots car je n’ai pas été entièrement convaincue par la lecture, trop de détails, comme je le dis plus haut, nuit par moment au rythme de l’ensemble. Tout est expliqué avec précision, il manque des zones d’ombre pour laisser aller notre imagination.

J’ai beaucoup aimé son premier polar : Le dragon de Muveran. Celui-ci est le 4eme, il est préférable de les lire dans l’ordre même si ce dernier est complétement indépendant. Mais c’est toujours l’inspecteur Andreas Auer donc on sait qu’il ne peut rien lui arriver …

Avez vous lu cet auteur ? Qu’en pensez vous ? Je l’ai rencontré à St Maur en poche, il a été très sympathique.

Lire la suite

Le sel des larmes de Philippe Garrel

Ciné du dimanche, un film en noir et blanc, nostalgie de la nouvelle vague.

Un jeune homme se cherche, enchaine les relations avec des femmes, ne semblent pas avoir de réels sentiments.

Il vit avec son père auquel il tient beaucoup, il cherche à vivre ce que son père n’a pas vécu. Il veut lui faire plaisir en suivant le même chemin que lui, en faisant mieux.

Mais au final, cet homme car il ne parait pas si jeune que cela, n’est pas très sympathique. Et il se joue des sentiments que les femmes peuvent avoir pour lui.

Les portraits des femmes sont beaux.

Le père, un peu vieux, interprété par André Wilms est attachant.

On se croirait dans les années 50 s’ils n’avaient pas de téléphone portable ! Mais les relations amoureuses ont évolué et là on ne s’en rend pas bien compte.

Je ne me suis pas ennuyée mais je ne suis pas convaincue non plus.

Lire la suite

Atelier maison de peinture aléatoire

Vous m’avez demandé des explications sur les techniques que j’ai utilisées pour mes dernières cartes.

Je n’avais pas spécialement prévu donc je n’ai pas beaucoup de photo pas à pas mais je vais tenter de vous expliquer. C’est simple en fait.

Pour les première l’idée est de faire des bulles dans un mélange gouache, liquide vaisselle et un peu d’eau.

Protégez votre plan de travail, on en met partout !

Vous mettez environ un petit tube de gouache d’écolier, 2 cuillères de liquide vaisselle et 2 cuillères d’eau dans un bol qui ne craint rien, vous mélangez bien.

Prenez une feuille de papier dessin aquarelle qui boit l’eau, ça fonctionne mieux que sur du papier trop lisse, mais c’est aussi selon les effets que vous souhaitez.

J’ai pris des feuilles que j’ai coupées format cartes postales.

Vous soufflez dans le bol avec une paille, attention de ne pas avaler (je dis cela car je l’ai presque fait !) Ca mousse en faisant des bulles. Vous posez votre papier dessus, avec la force et le temps que vous voulez, et vous relevez la feuille, tous les résultats sont uniques.

Plus de technique sur le blog de Ciloubidouille 🙂

Pour les cartes bleues, il faut de l’encre et du sel et du papier, j’ai pris le même car pour une carte postale il faut que ce soit rigide mais c’est peut être moins important pour cette activité.

J’ai vidé 4 cartouches d’encre bleue dans mon petit bol.
Pourquoi bleue alors que je ne l’aime pas ? Et bien parce que pour les dessins que j’ai fait à la fin sur les cartes, j’ai utilisé un effaceur !

Donc avec votre pinceau, vous humidifiez votre feuille, vous passez de l’encre dessus puis vous recouvrer de sel plus ou moins gros selon les effets voulus. Le sel boit l’eau et un peu la couleur, c’est ce qui donne les effets.

Quand c’est sec, pour finir les cartes, avec un effaceur j’ai laissé parler mon imagination…

J’ai réessayé avec des encres d’autres couleurs, et j’ai customisé au feutre fin. Je vous les montrerai quand la Poste les aura livrées…

J’espère que cela vous inspirera, montrez moi si vous tentez l’expérience.

Et si vous avez envie de venir créer avec moi, j’ai une grande table de jardin, distance de sécurité garantie pour bidouiller… Je vous invite…

 

Carte Postale # 280 – Le résultat

On est encore un peu dimanche 😉

Entre les anniversaires, ma mère et mes confitures, j’ai oublié de publier le résultat du jeu Carte Postale !

Il s’agit de La saline royale d’Arc-et-Senans, une ancienne saline / saunerie (production industrielle de sel, « or blanc » ou sel gemme / halite) du XVIIIe siècle en activité jusqu’en 1895, construite à Arc-et-Senans dans le Doubs en Bourgogne-Franche-Comté. Elle compte parmi les plus importantes salines d’Europe de son époque, et est construite par l’architecte Claude-Nicolas Ledoux sous le règne du roi Louis XV pour transformer la saumure, extraite aux salines de Salins-les-Bains, transférée jusqu’à Arc-et-Senans par un saumoduc de 21 km.

Sue la carte on peut voir le Bâtiment des gardes. En 1982, la saline fut inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco.

Bravo Coco, tu es la plus proche 🙂 Merci Gaëlle, Nanou, Cocoger d’avoir joué. Merci Sisoua pour cette belle carte…

Merci à vous de me tenir compagnie ici… Je vous souhaite une belle semaine.