La carte postale de Anne Berest

Un grand livre sur une famille juive au siècle dernier et jusqu’à nos jours.

L’auteure, petite fille et arrière petite fille d’une famille juive retrace l’histoire des siens.

Sa mère reçoit une carte postale où est simplement écrit Ephraïm, Emma, Jacques et Noémie. Ce sont les prénoms de ses arrières grand-parents, et du frère et de la soeur de sa grand-mère. Qui a envoyé cette carte ?

« L’enquête » donne à l’auteure le point de départ de son récit. Elle retrace la vie d’Ephraïm et Emma qui ont fui la Russie et qui après un long périple arrive en France dans les années 1930 avec leurs 3 enfants Myriam, Jacques et Noémie, et qui espère être enfin en sécurité. Mais bien que non pratiquants, ils sont juifs et pendant la guerre la France ne les a pas défendus.

Je ne veux pas trop vous en dévoiler, le livre est très bien écrit, c’est difficile car l’Histoire est dure mais le récit est bouleversant.

C’est l’histoire de la famille de l’auteure, sa relation avec sa mère pour retrouver les souvenirs est très forte également. C’est romancé, mais vrai quand même et c’est tellement injuste.

Un livre vraiment très touchant, un témoignage magnifique pour ne pas oublier.

4ème de couverture :

C’était en janvier 2003.
Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange.
Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme.
L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée.
Cette enquête m’a menée cent ans en arrière. J’ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre.
J’ai essayé de comprendre comment ma grand-mère Myriam fut la seule qui échappa à la déportation. Et éclaircir les mystères qui entouraient ses deux mariages. J’ai dû m’imprégner de l’histoire de mes ancêtres, comme je l’avais fait avec ma sœur Claire pour mon livre précédent, Gabriële.
Ce livre est à la fois une enquête, le roman de mes ancêtres, et une quête initiatique sur la signification du mot « Juif » dans une vie laïque.

Tagué:, , , , , , ,

7 réflexions sur “La carte postale de Anne Berest

  1. Light And Smell 26 janvier 2023 à 7 h 36 min Reply

    Je l’ai également trouvé bouleversant ce roman.

    Aimé par 1 personne

  2. labibliothequeroz 26 janvier 2023 à 7 h 43 min Reply

    J’avais bien aimé !

    Aimé par 1 personne

  3. Matatoune 26 janvier 2023 à 9 h 09 min Reply

    Oui un grand moment de lecture !

    Aimé par 1 personne

  4. manika27 26 janvier 2023 à 18 h 26 min Reply

    UN très bon souvenir de cette lecture.

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :