Une pluie sans fin de Dong Yue

Cinéma aujourd’hui pour profiter de la climatisation et du coup j’ai presque eu froid en voyant ce film hivernal sous la pluie.

Yu Guowei sort de prison puis revoit en flash back ce qui l’y a mené.

Agent de sécurité d’une immense usine, il aide la police dans une enquête sur des femmes assassinées. Trouver le coupable devient son obsession.

On est en Chine à la fin des années 90, il pleut tout le temps, on imagine la pollution également de l’usine. Il y a la fois de nombreux ouvriers mais presque personne dans les rues. L’ambiance est lourde, comme plombée.

Le film a également un aspect social, l’usine ferme sans préavis pour être remplacée par un centre commercial, paradoxe pour la Chine quand même.

La pluie joue son rôle oppressant durant tout le film, c’est sombre et les quelques notes de couleurs sont sans grand espoir.

Duan Yihong l’acteur principal est vraiment excellent, les 2 rôles féminins sont extrêmement intéressants.

Pas facile à raconter, ni à expliquer sans trop dévoiler de l’intrigue. Les codes du polar que l’on connaît sont totalement cassés, noyés par cette pluie sans fin…  Mais je vous recommande ce film qui nous transporte ailleurs.

Synopsis

1997. À quelques mois de la rétrocession de Hong-Kong, la Chine va vivre de grands changements… Yu Guowei, le chef de la sécurité d’une vieille usine, dans le Sud du pays, enquête sur une série de meurtres commis sur des jeunes femmes. Alors que la police piétine, cette enquête va très vite devenir une véritable obsession pour Yu… puis sa raison de vivre.

Tagué:, , , , ,

9 réflexions sur “Une pluie sans fin de Dong Yue

  1. Laurence 5 août 2018 à 21 h 28 min Reply

    Ca m’a fait penser à un article que j’ai lu hier : L’atelier d’Ai Weiwei est en démolition à la périphérie de Pékin, c’était une ancienne usine de pièces détachées, et il va être construit un centre commercial à la place.

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 5 août 2018 à 21 h 40 min Reply

      J’ai lu cela pour son atelier, j’espère qu’ils n’ont pas détruit ses oeuvres …

      J'aime

  2. regardscritiquesho22 6 août 2018 à 0 h 34 min Reply

    « Une pluie sans fin »… Comme d’habitude, j’irai lire les critiques savantes et éclairantes après! Et dieu sait que je vais en avoir besoin pour éclairer ma lanterne, car, enfin, je n’ai rien compris au film, ou plutôt, soyons honnête, je suis en train de me coltiner un certain nombre de lectures possibles. Il s’agit d’un long flash-back, ça, du moins, c’est sûr. Le gars sort de prison et on va revivre avec lui le pourquoi du comment de sa condamnation. Partant de là, nous sommes dans le polar très codifié: des jeunes femmes sont assassinées, avec connotations sexuelles et sévices, probablement. Un vieux flic complètement désabusé mène l’enquête. Jusque là, on suit à peu près. Le héros qui sort de prison semble être une espèce de détective ou un gars de la sécurité, qui meurt d’envie d’être flic et qui fait sa propre enquête. Mais, partant de là, progressivement, on se demande si le gars rêve, si l’histoire après tout n’est pas le fruit de son imagination. Sont-elles réelles, les deux femmes qu’il rencontre? Bref, on n’en saura pas plus…
    Et pourtant, vrai paradoxe, on est scotché par le film, on est accroché, on cherche à comprendre et à suivre, mais surtout, surtout, on est embarqué par l’ambiance du film, sombre, noir, presque cauchemardesque. Le décor est pesant, c’est le moins que l’on puisse dire, une aciérie ou une cokerie monstrueuse, qui est quasiment le personnage principal du film; et puis, il pleut, il pleut sans discontinuer, sauf à la fin où la neige arrive… Tout est noyé, les personnages, les décors, les lumières, et pourtant, les images sont très belles. Par contre, noyés sous les trombes d’eau, on ne sait plus qui est qui, les repères disparaissent, tout est flou.
    Alors, et l’idée qu’il y a derrière? Il s’agit de la Chine, de la Chine industrielle, du sud de la Chine, de la Chine contemporaine, noyée dans ses problèmes de pollution et de dérèglement climatique. Peut-être, après tout, est-ce là le nœud du film? L’aciérie va fermer, qui va être remplacée par un grand supermarché (La Chine industrielle remplacée par une Chine commerciale?). On rêve de Hong-Kong, on sent le bouleversement qui frappe actuellement la Chine.
    En conclusion, le film, quoique difficile d’accès, est passionnant. Il faut s’accrocher, ou, plutôt peut-être, se laisser aller sans trop se poser de questions. La pluie tombe, les plans sont très longs, le rythme du film est très lent, on est pris dans ce mælström climatique, piégé par l’habileté du cinéaste à créer une atmosphère glauque et sombre.

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 6 août 2018 à 8 h 25 min Reply

      Merci , j’ai déjà lu ton texte ailleurs 😉 …

      J'aime

  3. manika27 6 août 2018 à 20 h 58 min Reply

    Vu la bande annonce et il me tente bien mais pas trop le temps en ce moment même il faudrait parfois s’accorder une petite pause !

    Aimé par 1 personne

  4. […] 5 # Jour 217 : Beau film tout indiqué pour profiter de la climatisation […]

    J'aime

  5. Sergio 19 août 2018 à 14 h 48 min Reply

    Le film est vraiment (trop) rude, même si c’est remarquablement fait.
    Chapeau pour la critique sinon de regards critiques ho22 !

    Aimé par 1 personne

  6. Best of ’18 – Cinéma | MHF le blog 2 janvier 2019 à 18 h 18 min Reply

    […] films asiatiques toujours forts : Burning de Lee Chang Dong et Une pluie sans fin de Dong […]

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :