Jusqu’au dernier de Deon Meyer

41q7S7rje9LJ’ai beaucoup aimé cet été Les soldats de l’aube du même auteur, alors mon ami P. m’en a prêté plusieurs autres.

Je vais essayer de les lire dans l’ordre tant qu’à faire mais en intercalant avec d’autres pour ne pas faire un spécial Meyer pendant plusieurs semaines.

Le début de celui-ci est un peu long mais tout s’arrange très vite, enfin l’intrigue se noue et impossible de lâcher le livre.

C’est en Afrique du Sud, un flic un peu paumé, son nouveau chef, ses collègues et des meurtres en série nous entraînent dans les profondeurs du Cap.

L’auteur décrit l’Afrique du Sud et les séquelles de l’apartheid, c’est bien vu et instructif en plus.

Je participe avec cette lecture au défi de Virginie B que vous pouvez retrouver cette semaine ici.

Que lisez-vous cette semaine ?

Mat Joubert, capitaine à la Brigade des vols et homicides du Cap, en Afrique du Sud, est sur ses gardes depuis l’arrivée du colonel Bart De Wit. Celui-ci, récemment nommé à la tête de ce service par le ministre noir de l’intérieur, est un ancien de l’ANC, vif, calculateur et ambitieux. À peine installé dans ses nouvelles fonctions, il demande à Mat d’arrêter de fumer, de perdre quinze kilos, et l’envoie chez une psychologue pour qu’il retrouve toute son efficacité dans le travail. Tâche difficile pour le capitaine qui a perdu son épouse depuis deux ans et, avec elle, son envie de vivre et de se battre. Il lui faudra pourtant remonter le courant lorsque deux affaires réclameront sa perspicacité légendaire. La première concerne un braqueur de banque, doux, aimable, surnommé « Monsieur Mon Cœur ». La seconde est plus obscure : des meurtres sont perpétrés avec un Tokarev, arme utilisée par les guérilleros marxistes qui sévissaient en Angola et avec un mauser, ressurgi de la guerre de Boers. Poursuivi par la presse, aiguillonné par le colonel De Wit et de nouveau attiré par les femmes, Mat émerge de ses ténèbres pour plonger dans celles de l’assassin.

Ce premier roman policier de l’écrivain afrikaander Deon Meyer frappe par son authenticité et la profondeur de son analyse psychologique du personnage central. Le lecteur y découvre la nouvelle Afrique du Sud et ses tensions politiques, son racisme encore trop présent. On attend déjà le second avec impatience. –Claude Mesplède

Tagué:, , , ,

7 réflexions sur “Jusqu’au dernier de Deon Meyer

  1. manika27 18 octobre 2014 à 15 h 22 min Reply

    Intéressant voyage en prime !

    J'aime

    • mhf le blog 19 octobre 2014 à 20 h 22 min Reply

      J’aime bien l’auteur, j’en ai plusieurs dans ma PAL 😉

      J'aime

  2. Virginie B 18 octobre 2014 à 20 h 58 min Reply

    merci pour la découverte !

    J'aime

  3. cathylaraleuse 2 novembre 2014 à 13 h 50 min Reply

    Après ton conseil et avoir demandé par quoi commencer auprès de pros du polar, j’ai commandé les deux premiers « Jusqu’au dernier » et » les soldats de l’aube ». Je les attends avec impatience ! Là j’ai attaqué Glacé de B. Minier, c’est …froid 🙂

    J'aime

  4. […] Jusqu’au dernier et Les soldats de l’aube, on retrouve « P’tit  » Mpayipheli dans […]

    J'aime

  5. Le pic du diable de Deon Meyer | MHF le blog 27 décembre 2014 à 8 h 46 min Reply

    […] sont donc si vous ne suivez pas 😉 des polars sud-africains :  Jusqu’au dernier, Les soldats de l’aube et L’âme du […]

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :