La Dame N°13 de José Carlos Somoza

Capture d’écran 2012-02-23 à 16.02.18C'est le premier roman que je lis de cet auteur espagnol né à Cuba. Et je suis toute retournée par cette histoire qui frôle la folie et m'a emportée dans un autre monde, celui de la poésie.

En ce moment, 2 heures après avoir tournée la dernière page, je me dis que plus jamais je ne lirai de poésie (je n'en lis pas souvent non plus) mais aussi que je n'écouterai plus de pièces en vers au théâtre de la même façon (et cela m'arrive plus souvent) …

Je ne peux pas vous raconter l'Histoire de ce livre, on est emportée par elle dès les premières pages. Un homme Salomon Rulfo fait des cauchemars et cherche la Dame n°13… Il découvre que la poésie est une arme comment dire "diabolique".

L'auteur crée un univers inquiétant mais fascinant porté par une écriture riche et on ne peut laisser ce livre.

Je vous le conseille vivement. Je ne trouve pas d'autres mots…


Amazon : Une clandestine hongroise, un vieux médecin pragmatique et un professeur de lettres désaxé forment la profane trinité chargée de juguler les pouvoirs de treize sorcières du verbe. Dans ce suspense fantastique, la poésie, censée réfléchir toutes les beautés du monde, devient la plus raffinée des armes de destruction.

Fnac : Salomon Rulfo ne supporte plus les cauchemars. Ce professeur de littérature, amoureux fervent de poésie, voit régulièrement en rêve une étrange maison où des femmes sont massacrées. L’une d’elles ne cesse de l’appeler à l’aide. Consulter le docteur Ballesteros ne l’avance pas à grandchose puisqu’il découvre que la maison existe bel et bien, qu’un crime y a été commis et qu’une mystérieuse jeune femme amnésique connaît exactement les mêmes troubles que lui. Tous les trois, le professeur, le médecin et la belle hongroise, vont se lancer sur les traces de douze étranges dames, mi-Muses, mi-Parques qui semblent gouverner le destin. Quant à la dame n°13 ! Mieux vaut ne pas l’évoquer. On se laisse emporter par le climat si particulier de cette quête onirique par l’inquiétante étrangeté d’une errance où les mots et en particulier la poésie semblent dotés d’un pouvoir surnaturel.

Tagué:, , , , , ,

4 réflexions sur “La Dame N°13 de José Carlos Somoza

  1. François 26 février 2012 à 3 h 45 min Reply

    C’est vrai qu’on ne peut lâcher cette lecture, et pourtant, par moment, c’est effrayant, on ressent les cauchemars du personnage comme si nous étions dedans. alors oui à conseiller vivement

    J'aime

  2. MHF 26 février 2012 à 19 h 10 min Reply

    Je vais peut être me laisser tenter par ses autres ouvrages…

    J'aime

  3. François 27 février 2012 à 0 h 24 min Reply

    Dans ce cas je te conseille « La caverne des Idées » car sa lecture est très orginale voire déroutante. Ces autres romans sont beaucoup trop proches, dans l’intrigue, de « La dame n°13 », même si « La théorie des Cordes » se lit très bien.

    J'aime

  4. MHF 27 février 2012 à 19 h 09 min Reply

    Je note ! Merci…

    J'aime

Répondre à François Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :