L’Ecole des dingues de Cornelia Read

Image 7Je me suis laissée tenter pas la couverture "Millenium" mais cette auteure n'est pas suédoise !

C'est un polar tranquille autour de gens normaux, enfin si on peut dire puisque l'action se passe dans une école pour ado en difficulté et tout le monde y compris les profs fréquente les psy !

Je ne vous dévoile pas l'histoire, l'héroïne Madeline est sympathique, l'intrigue simple mais bien menée.

Les ados sont attachants et ce ne sont pas forcément eux les plus "dingues" !

Le titre me fait penser à la nouvelle chanson de Emmanuelle Seigner !

J'avais hâte de le finir ce livre car aujourd'hui j'ai reçu en cadeau le nouveau Djian 😉

Je sais ce que je vais lire ce soir !!!!

Présentation de l'éditeur

Où l'on retrouve Madeline Dare, l'héroïne de Champs d'ombres, précédent
roman de Cornelia Read. Madeline a fini par quitter son trou de
Syracuse et, après quelques ennuis avec la justice (elle a quand même
abattu un homme), la voilà dans les monts Berkshire, Massachusetts.
Campagne tranquille et belles demeures. Son mari adoré ayant perdu son
boulot, elle doit accepter un poste de professeur d'histoire à la
Santangelo Academy, établissement privé pour adolescents à problèmes.
Derrière les grilles ornementées et les rideaux d'arbres, Madeline
découvre un univers étrangement perturbé, composé d'individus – élèves
comme profs – qui tous cachent quelque chose, ne fût-ce qu'un profond
malaise personnel. Santangelo règne sur les lieux, impose ses méthodes,
ses interdictions sélectives de gros mots, et oblige les profs à des
entretiens psychologiques. Le malaise s'installe entre une équipe
enseignante à côté de la plaque et des élèves aussi fragiles que
retors. Alors, quand deux adolescents se suicident, les pires craintes
de Madeline se confirment, et c'est presque à son corps défendant
qu'elle se lance dans une enquête qui révélera bien des secrets enfouis
sous le vernis d'une société aussi policée que pourrie de l'intérieur.

Biographie de l'auteur

Née à Oyster Bay's Centre Island, Cornelia Rend se définit comme une
"rescapée" de son milieu social WASP. Son premier roman, Champs
d'ombres (Actes noirs, 2007), a été, finaliste de nombreux prix, dont
l'Edgar Award.

Tagué:, , ,

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :