Quelqu’un d’autre de Tonino Benacquista


J’ai lu ce livre la semaine dernière et je n’avais pas eu le temps de vous en parler….

Mais j’y pense à ce livre, un peu trop….
Extrait : « Plus il y aura de gens qui s’exprimeront, qui peindront, qui écriront et qui feront des ronds dans l’eau, et plus nous aurons moyen de lutter contre l’apocalypse programmée. Tout le monde est artiste, certains ont l’aplomb de le penser plus fort que d’autres. »

Ce n’est pas le sujet du livre d’ailleurs …
Le sujet c’est devenir un autre… ou plutôt devenir celui que l’on voudrait être… 2 hommes font ce pari à la suite d’une soirée baignée de vodka et tout s’enchaîne…

Etre un autre, partir, changer, apprendre, oser, renaître…. Et voir le monde qui nous entoure d’une autre façon… Qui n’en a pas rêvé ?

Ce sujet me touche au plus profond de moi, serai-je capable de tout quitter ? Est-ce héréditaire ? Mon père l’a fait !
D’autres autour de moi pourrait il le faire ?
C’est une question qui me poursuit depuis 20 ans…

A qui ou à quoi sommes nous réellement attachés ?
Il est préférable que cela reste dans un livre !

Le pitch de l’éditeur :

Qui n’a jamais fait le rêve d’être quelqu’un d’autre ? D’imaginer sa conscience prendre place derrière les rétines d’un autre, plus beau, plus fort, plus malin. Qui n’a jamais conçu l’expérience, simplement par jeu, en utilisant le si facile vecteur de l’évocation secrète, de se vêtir de la peau d’un autre comme l’on revêt une veste qui n’est pas la sienne. Comme on lui connaît maintenant l’habitude et le talent, Tonino Benacquista recueille dans sa main cette petite idée du quotidien et la pousse aussi loin qu’il le peut. C’est-à-dire très loin.

Deux individus insatisfaits de leur existence, Thierry Blin et Nicolas Gredzinski se rencontrent sur un court de tennis pour échanger quelques balles. Ce qui, à priori, n’était qu’un petit exercice sur terre battue devient bientôt une bataille acharnée de deux lions en cage bien décidés à l’emporter. On ne cessera de compter tout au long du livre les petits cyclones que libèrera cette partie effrénée. La bataille ayant rapproché les deux hommes, après plusieurs heures d’une activité alcoolique forcenée, voilà qu’ils signent un pacte aux relents de souffre : trois ans pour devenir quelqu’un d’autre, le gagnant pourra exiger ce qu’il veut de l’autre.

On apprendra que pour atteindre ce but, mille choses sont possibles, des radicales aux plus pernicieuses. On apprendra de la plume d’un Tonino Benacquista en très grande forme qu’il peut nous mener assez loin quand il dispose sur les vies de personnages effacés, blessures à vif, le sel d’une révolution totale : biffer les êtres et les choses qui trahissent notre histoire, jeter loin de soi un passé devenu trop lourd comme l’on jette une pierre dans un courant violent. Refermer le livre de nous-même pour en ouvrir un autre, encore vierge et à écrire. Et si le roman de Tonino Benacquista est passionnant, le changement d’identité ne nous tente plus du tout : devenir un autre qui n’aurait jamais l’idée d’ouvrir Quelqu’un d’autre, quel dommage ! –Hector Chavez   

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :