J’ai de doutes de François Morel au Théâtre du Rond Point

Spectacle drôle et tendre, François Morel joue les textes de Raymond Devos.

Accompagné de Romain Lemire au piano (mais pas que), ils mettent parfaitement en valeur l’univers absurde et un peu fou de Raymond Devos.

Je crois bien que je préfère même ces textes dit par François Morel.

Par moment il retrouve l’accent Deschiens, et le sourire s’élargit.

Il y a du chant, de la musique diverse, des textes connus ou pas. C’est très rythmé, enlevé, vraiment drôle.

C’est un hommage qui révèle l’intemporalité des textes.

Nous avons passé un excellent moment, les garçons (qui ne connaissent pas Raymond Devos) ont également bien aimé.

S’il passe près de chez vous, je vous le conseille vivement.

Synopsis

J’ai horreur qu’on me prenne mes affaires.
François Morel s’empare des textes de Raymond Devos. Il rend hommage au clown, jongleur des mots, phénomène rare et maître à penser, à repenser le monde ; à son œuvre consacrée à la vie, à la mort et à l’absurdité qu’on trouve entre les deux.
Il rentre chez lui, il surprend son meilleur ami dans ses pantoufles. Il a des doutes. Il le dit. « En plus, c’est pas du tout sa taille. » Le lendemain, son copain porte son pyjama. « J’ai des doutes », répète Raymond Devos, tout en jouant à la guitare un air espagnol.

François Morel découvre Devos à Caen, dans les années soixante-dix. Il le voit, gruge l’entrée pour y retourner. Il occupe les marches, s’émerveille devant ce clown qui jongle avec tout, y compris la parole. Et tout bascule. Veste bleue, noeud pap, Devos joue de la guitare ou de la coupe de champagne. Sorcier merveilleux du langage, il joue des mots comme de baguettes magiques. François Morel s’empare du phrasé du maestro, poèmes et calembours, pour tordre le monde. Il le retourne dans tous les sens pour voir s’il neige.

Comédien, écrivain, chroniqueur pour France Inter, François Morel vit au Rond-Point depuis toujours. Son jardin extraordinaire a vu pousser une Collection Particulière ; Les Diablogues de Dubillard ; Un soir, des lions… avec Juliette ; La fin du monde est pour dimanche ; La Vie (titre provisoire) avec le musicien Antoine Sahler qui le rejoint ici dans un portrait musical et joyeux. Phénomène rare et maître à penser, ou à repenser le monde, Raymond Devos disparaît au printemps 2006. Il laisse hors du temps une oeuvre consacrée à la vie, à la mort et à l’irrésistible absurdité qu’on trouve entre les deux. Pierre Notte

Tagué:, , , , ,

3 réflexions sur “J’ai de doutes de François Morel au Théâtre du Rond Point

  1. Bene 4 janvier 2019 à 22 h 30 min Reply

    Je confirme… un pur moment de bonheur !

    Aimé par 1 personne

  2. […] 4 # Jour 4 : Soirée avec François Morel qui joue du Raymond Devos. Chouette […]

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :