Ouistreham de Emmanuel Carrère

12 ans que j’ai lu le livre de Florence Aubenas Le quai de Ouistreham, j’avais envie de voir l’adaptation au cinéma. Et puis Ouistreham, toute ma jeunesse 😉

Plus de 10 ans ont passé et malheureusement pas grand chose n’a changé pour ces travailleuses invisibles, je n’ose même pas imaginer que cela puisse être encore pire pour elles.

Si vous ne connaissez pas, la journaliste est allée incognito travailler pendant 6 mois dans les métiers de la propreté. Des contrats précaires de quelques heures, que l’on cumule pour essayer d’avoir un revenu décent.

Le film montre davantage les rapports entre les femmes que le travail, dans mon souvenir le livre approfondit plus toutes les difficultés de ces métiers non reconnus.

Les relations entre elles sont fortes et difficiles pour la journaliste alors que le mensonge lui pèse.

Pour avoir vu des interviews, je la crois sincère dans ses choix et ses actes, dans le film elle dit que même si elle a menti sur elle, l’amitié est vraie.

Et comme le dit Nadège, la chef d’équipe sur le ferry à la fin, ce qui est bien, c’est qu’avec le livre, les passagers du ferry ne pourront plus ignorer le travail de ces femmes (et quelques hommes d’ailleurs).

J’aurai aimé que ce soit un peu plus militant mais c’est quand même bien de mettre sur le devant de la scène ces femmes superbes, volontaires et dignes. Chrystèle donne tout pour ses enfants, son travail mais aussi sa nouvelle collègue-amie et sans vous dévoiler la fin, ce n’est pas simple.

C’est un beau film qui a le mérite d’exister et de mettre en lumière des femmes oubliées. Et je pense aussi à François Ruffin et son Debout les femmes… ce sont ces femmes, celles de Ouistreham ou du nord qui sont de vraies héroïnes.

A voir donc sans hésiter.

Synopsis :

Marianne Winckler, écrivaine reconnue, entreprend un livre sur le travail précaire. Elle s’installe près de Caen et, sans révéler son identité, rejoint une équipe de femmes de ménage. Confrontée à la fragilité économique et à l’invisibilité sociale, elle découvre aussi l’entraide et la solidarité qui unissent ces travailleuses de l’ombre.

Tagué:, , , , , ,

6 réflexions sur “Ouistreham de Emmanuel Carrère

  1. Jean-Mimi 19 janvier 2022 à 8 h 14 min Reply

    J’ai lu le livre 📖 aussi 👍
    J’avais bien aimé cette vue de ces gens de l’ombre 😉
    Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 23 janvier 2022 à 7 h 49 min Reply

      On n’imagine pas forcément tout ce que font ces femmes…. Quand le cinéma peut les mettre en avant, c’est bien.

      J’aime

  2. manika27 19 janvier 2022 à 17 h 46 min Reply

    UN film militant malgré tout à sa façon, tout comme « les invisibles »

    Aimé par 1 personne

  3. […] 16 # Jour 16 : Un beau film sur des femmes […]

    J’aime

  4. Ysaline 9 mars 2022 à 9 h 18 min Reply

    Bonjour Marie-Hélène,
    Je viens de terminer ‘Le quai de Ouistreham’.
    Je voulais avoir lu le livre avant d’éventuellement aller voir le film.Je vais rarement au cinéma : une ou deux fois par an.
    Merci pour cette suggestion.

    Belle journée.

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :