Papicha de Mounia Meddour

J’ai trouvé un lien sur FB alors ce soir j’ai regardé Papicha, le film qui a eu 2 César.

Un film de femme, réalisé par une femme avec des femmes pour tous les rôles principaux.

Je l’ai loupé au cinéma, je suis ravie d’avoir pu le voir ainsi (mais il sera certainement bientôt sur Canal aussi)

L’actrice Lyna Khoudri est formidable dans le rôle de Nedjma, cette jeune étudiante qui rêve de création de mode dans une Algérie en plein replis religieux.

Etre femme en Algérie n’est pas simple encore aujourd’hui, même si je ne sais pas vraiment où elles en sont. Et cela doit être différent suivant qu’elles vivent à Alger, dans une grande ville ou à la campagne.

Nedjma veut créer des vêtements pour les femmes, elle veut être libre de vivre et de faire ce qu’elle a envie. Est ce possible ?

Le film n’est pas facile, on a envie d’aider cette jeune femme pleine d’énergie à réaliser son rêve, et de se battre avec elle et ses amies pour la liberté.

Avez vous vu ce film ? Qu’en pensez vous ?

C’était ma séance ciné de confinement 😉 #restezchezvous

Edit : il semble que sur le lien que je vous donne en haut, il y ait un film différent offert chaque jour…

 

Synopsis

Alger, années 90. Nedjma, 18 ans, étudiante habitant la cité universitaire, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux  » papichas « , jolies jeunes filles algéroises. La situation politique et sociale du pays ne cesse de se dégrader. Refusant cette fatalité, Nedjma décide de se battre pour sa liberté en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits.

Tagué:, , , , ,

7 réflexions sur “Papicha de Mounia Meddour

  1. manika27 3 avril 2020 à 16 h 18 min Reply

    Merci pour le lien je vais jeter un oeil. j’avaiis noté ce titre aussi à sa sortie J’ai regardé Wadjda mardi soir que j’avais noté mais pas encore vu sur Arte je crois.

    Aimé par 1 personne

    • mhf le blog 3 avril 2020 à 18 h 36 min Reply

      Ca ne me dit rien ce film … 😉 Je vais voir

      Aimé par 1 personne

      • manika27 4 avril 2020 à 12 h 26 min

        C’est l’histoire d’une gamine en Arabie Saoudite qui ait tout pour avoir un vélo malgré tous les interdits c’est interessant frais et bien joué.

        Aimé par 1 personne

  2. regardscritiquesho22 3 avril 2020 à 18 h 36 min Reply

    « Papicha » de Mounia Meddour…
    Un film très fort et un film très beau…
    Bon, là, il faut vérifier! J’ai l’impression qu’il s’agit d’un premier film; il me semble qu’il est tourné à Alger, mais je n’ai pas l’impression que le film sera vu en Algérie.
    Oui, c’est un premier film, oui, c’est un film avec capitaux, entre autres, algériens, oui, il sera vu en Algérie. Ah, tiens, non, au dernier moment la projection y a été interdite… Ce n’est pas étonnant, dans la mesure où le film est féministe, au bon sens du terme, réalisé par une femme, dans la lignée du film turc « Mustang » et de plein d’autres, comme « Sibel », où l’image de l’islamisme est violemment critique, mais le film fonctionnerait de la même façon avec n’importe quelle religion. « Papicha » est un vibrant plaidoyer contre l’obscurantisme des religions et, en ce sens, on comprend qu’il ne soit pas en odeur de sainteté en Algérie, malgré les évolutions, tant le sujet est encore sensible!
    « Papicha » est aussi un magnifique portrait de femme. Nous sommes dans les années de plomb en Algérie, la décennie sanglante de la guerre civile, dans les années 90. Nedjma, 18 ans, étudiante, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux  » papichas « , jolies jeunes filles algéroises. Le film est bouleversant, l’émotion est très forte. La pression islamiste est tellement forte qu’on pressent que tout cela va se terminer dans un bain de sang. Mais le film montre cette jeune fille résolue à ne pas se laisser faire, même avec son petit copain, et d’ailleurs avec les autres copains également, déjà contaminés par un islam rétrograde, borné et stupide. Décidément les religions ont bien été inventées par des hommes et pour les hommes.
    La réalisation est parfaitement maîtrisée pour un film, je ne sais pas si on peut parler de cinéma engagé, en tout cas pour un film qui a des choses à dire. Les décors extérieurs sont magnifiquement filmés et les plans montrent des personnages -les jeunes filles en particulier- pleins de vie. On ne peut que souhaiter à Mounia Meddour, qui vit maintenant en France, une grande carrière de cinéaste. En tout cas, ses premiers pas cinématographiques montrent un talent évident!

    Aimé par 1 personne

  3. Idées confinement du jour | MHF le blog 5 avril 2020 à 12 h 07 min Reply

    […] Je vous en parle tout de suite car il ne sera disponible que jusqu’à demain, sur le même site qui proposait Papicha. […]

    J'aime

  4. Papicha, Mounia Meddour – Pamolico 11 juillet 2020 à 17 h 48 min Reply

    […] Ils en parlent aussi : Regards critiques par Henri, Enpochez-moi, La fève ou le navet, Sous le soleil de Roxanne, Larroseurarrose, Lilylit, En veille, Les ourses à plumes, SONU, La tentation culturelle, MHF le blog […]

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :